Adventure race Croatia : manche de coupe du monde de raid

Acte 1 : la course

Ça y est, on est en place ce mardi matin sur l’île de PAG pour ce départ à 9h.

Objectifs : plaisir, dépassement de soi, une aventure à 4 comme on les aime.

Petit rappel des quelques semaines qui sont passées avant cette manche en Croatie : de la prépa matos (ça, on connaît ), du ziplocage de bouffe (ça, on en amène trop comme d’hab!!), de la prépa physique (un petit tour à The Race en Corrèze pour habituer l’équipe à fonctionner ensemble. En mm temps, on tanne le directeur de course pour lui faire comprendre que la Corrèze, ça mériterait mieux que 3 jours avec stop… jdiscajdisrien….)

Bref, tout a roulé avant cette course en Croatie : trop bien peut être… (on laissera de côté une roue carbone à réparer juste avant le départ).Simon est en grande forme et va nous sortir de l’orientation de feu en VTT et à pied, Seb est en chaleur (déjà) mais aura la responsabilité de l’orient en VTT avec le Sim’s. Fred devra veiller sur ses ouailles pour ne pas qu’ils s’emballent comme des gros blaireaux dès qu’ils vont se sentir on fire avec la carte!!! Et moi, je vais jongler entre la carte à pied (juju remplace georgiou), regarder la vitesse de progression de l’équipe, décider de qd et où on dort et surtout leur carotter un peu de sommeil en douce sans qu’ils s’en rendent compte. Nos rôles sont bien répartis dans l’équipe. Simon s’est intégré parfaitement et peut à tout moment nous désintégrer s’il met la plaque en VTT…

Ah oui ! Avant de vous raconter la course, faut juste faire les présentations du contexte local: franchement la Croatie c’est surfait ! Le lieu où on loge : y a mm pas de lumière, ni d’eau : ça craint pour recharger les batteries et remplir les kamel….Si vous voulez savoir où on loge, vous n’avez qu’à regarder les Bronzés qd Lhermitte était encore gaulé comme un BG…

Alors la course : on part en plein cagnard pour 32 bornes de Kayak : temps prévu 6 h on en mettra 5 h (départ rapide), je me cale dans le sillage du bateau absolu : on galère un peu avec Fred pour rester au contact de Simon et Seb . Arrivés à l’AT, on voit les premiers partir : Raid aventure, Naturex… bref, on est au contact et on a fait un bon kayak. Transition rapide mais pas trop non plus et on repart en trek.

40 bornes qu’il fait ce trek, va falloir être précis dans l’orient et trouver la via, le rappel et quelques balises parsemées sur les sommets environnants : on démarre avec 1000 + direct. Tout de suite j’ai chaud, trop, je file mon sac à Fred le temps d’enlever mon haut et rester en dossard. On arrive à la balise 3 : on recharge en eau. Je vois mon Seb qui sort d’un four thermostat 190°. Put…il a un coup de chaud et je l’ai pas vu. Vite bidon + adiaril, tu bois, tu bois et on ralentit le tempo pour éviter le feu d’artifice. La nuit va tomber après le rappel de 50 m cela devrait aller. Je surveille Seb pendant que Simon oriente. Il vomit de temps en temps, n’arrive pas à s’alimenter ni boire. On arrive sur la balise 7 : un sommet engagé où on peut mettre les baudars et longes pour la sécu. On passe sans rien pendant que les Suédois devant s’équipent .Seb va mal, les descentes le fracassent, on tourne au ralenti mais on progresse et c’est juste ce qui compte. Je décide d’un stop dodo de 15 min car Seb en a besoin. On repart et il se vide encore une fois. On arrive sur la piste (bon choix d’orient), on déroule pendant 3 bornes pour attaquer la dernière remontée et la longue descente jusqu’à l’AT. Je prends le sac de Seb et le met à la laisse pour qu’il puisse somnoler tranquille en marchant. On arrive à l’AT : on décide de faire dormir notre équipier qui en chie depuis bientôt 10h . Fred va dormir aussi, on mange avec Simon et après avoir monté le VTT de Seb, on se cale 45 min par terre pour tenter de fermer les yeux. Au réveil, Seb mange (ouf!!!), il a l’air un peu mieux.

On repart pour 62 kil de VTT : une boulette qui nous coûte 30 min d’entrée puis c’est roulant pendant 20 bornes, on retrouve les copains de DNS 74, ça fait du bien de rouler entre frenchies. On attaque la zone de mines avec un col à monter en plein zef. C’est long, il fait chaud. Seb replonge, il est mal, il revomit. Simon le tractera les 9 derniers kil. (Il en faisait presque 20 ce col) une boucherie !!!. Arrivés en haut, faut descendre, on n’avance pas vite : stop dodo 5 min en plein cagnard (le meilleur des dodos pour moi). Seb est livide, c’est un calvaire pour lui ce début de raid : ça fait maintenant presque 20h qu’il ne s’alimente pas, rien ne reste. Il faut se rendre à l’évidence quelques kms avant l’AT, on ne va pas pouvoir continuer tous les 4. On arrive et la décision est prise : c’est mieux pour lui, c’est dommage pour l’équipe mais l’important, c’est la santé de notre pote.

Acte 2 : re-départ

Coup de fil à Fab : la larme à l’œil, je lui explique la situation. Elle doit prévenir les autres. Put…les boules mais c’est le sport…

On repart avec Laure une fille qui a abandonné avec l’équipe italienne. On est surmotivé avec Simon et Fred pour faire la totalité du parcours: on a la chance d’être ici donc à nous d’en profiter et le parcours est pour l’instant somptueux.

Le trek de 25 kil est annoncé technique encore (comme tous les treks sur cette course). On perd presque 3 heures sur un poste à chercher un chemin qui n’existe pas. Notre nouvelle coéquipière est sympa mais notre vitesse de progression n’est pas rapide. Je l’aide tant que je peux à la laisse. Elle n’a pas dormi avec les italiens donc on stoppe 15 min pour qu’elle se refasse la cerise au bord de la route. On met presque 10 h pour faire ce trek. On en est certain maintenant, ça va être impossible de passer les barrages horaires à cette vitesse là. On décide de dormir 2 H avant le kayak. 

Kayak : 20 bornes au milieu des chiens perdus qui nagent à côté de nous pour monter dans le bateau. Une arrivée qui bastonne un peu dans la presque île et on se pose à l’AT. On repart sur 15 bornes de trek: on donne la carte à Fred (c’est le moment autant en profiter pour elle). Elle est heureuse comme tout, Simon surveille et confirme ses choix et moi, je tracte Laure pour avancer le plus vite possible derrière mes coéquipiers qui fourmillent des guiboles. Orientation parfaite et on arrive au parc VTT pour le long VTT de 73 km. Il est 12h en ce jeudi après midi et on s’engage sur ce vtt. On sait qu’on va passer le barrage horaire en milieu de VTT mais on va prendre short course qd mm pour rejoindre Knin et son château fortifié afin  de ménager notre équipière franco -italienne. On pense bâcher la course à Knin car notre vitesse est beaucoup trop lente maintenant et on souhaite retrouver Seb qui se la coule douce à Gualasouinda. 

Co dans le château de 4 km avec Absolu qui est remonté à la 5eme  place puis après notre abandon officiel, on décide d’aller manger une mastoc pizza dans un resto avec quelques binouzes en guise de somnifère….

On dormira dans l’AT . Je vais me réveiller deux fois dans la nuit pour sentir l’ambiance de cet AT avec les bénévoles, voir aussi les copains qui sont encore en course, je suis un peu comme dans un autre monde : nostalgique de notre équipe de départ, ça me travaille aux tripes cet abandon, mais ainsi va la vie. 

Acte 3 : retour gastronomique

Le matin à l’AT, l’orga a un pb pour nous ramener au club Med de Pakostane lieu de l’arrivée. Ni une, ni 2,  on leur explique qu’on rentre en VTT, qu’on se débrouille. Laure rentre elle en voiture. Sans caisse de bouffe mais avec la CB de Seb on va bien arriver à s’alimenter sur les chemins. On trace un parcours d’une centaine de KM pour rentrer en faisant un puzzle avec les cartes du raid. On se retrouve tous les 3, les jambes en feu, on va pour voir se mettre des péter dans toutes les côtes. Après 1h et sans petit dej on croise une vigne qui nous appelle : branlée de raisins: le jus nous coule le long des joues, on est crado mais sucré!!!on rigole tellement que ça fait du bien ce moment à 3: sans gps, sans tracking, sans pression. On est au milieu de la Croatie et on se fait un VTT off road qui sent bon la sortie de débilos…. On a le bide rempli, on repart à mac 12 et dans un petit village, dérapage contrôlé devant une superette. Ce coup -ci on défonce la carte bleue de Seb avec des croissants chocos et spécialités croates + eau fraîche et sodas (on n’avait déjà plus d’eau dans nos bidons…). On roule à bloc sur des chemins en ligne droite, on saute de cailloux en cailloux, c’est le bonheur cette journée. Arrêt à Skradin pour se faire un petit resto et remplir les bidons. Coup de fil à Seb: “prépare les binouzes , atterrissage vers 16h à la plage”. Pas de dessert pour Fred et moi, Simon s’enquille un gâteau à la noisette. Après 10 km re-déboitage d’une vigne: plus un raisin dans le rang après notre départ on est repu. On rattrape Naturex qui est au milieu du vtt de 55kms on discute un peu : la miss Audrey a l’air en forme mais leur vitesse est au ralenti (le manque de sommeil sûrement). 

Pour nous on a le raisin qui descend directement dans les guiboles comme dirait Fred alors on bourrine dans la descente, on se met le compte dans les montées et on roule sur la plaque sur le plat. C’est trop cool cette virée. On hésite à un moment avec Simon de faire le mariage, croisé dans un village au milieu de nulle part: les hommes sont à la bière complètement pétés en milieu d’aprem et les filles sont dans des robes moulantes où l’on voit distinctement que les dessous ne font pas partie du matos obligatoire (un moment complètement hallucinant au milieu de la pampa croate…) On arrive enfin à Pakostane pour retrouver Seb: il est là, mieux que quand on l’a laissé il y a 48h. C’est cool. On s’occupe des affaires et on file à la plage.

Le soir c’est bière en regardant les équipes arriver, franchir cette put…de magnifique arche.  On finit le séjour en débriefant entre nous, notre équipe, cette bande de copains qui n’avait pas encore été confronté à cela : l’abandon…

C’est dur mais on a la chance d’être avant tout des potes. On reviendra c’est sûr !! Car l’envie est trop grande, notre équipe est jeune  et on aura appris beaucoup sur cette manche.

Soirée de clôture avec les autres équipes frenchies, on discute du calendrier…l’envie est là intacte, la boule dans le ventre va s’estomper on le sait…Il faut maintenant regarder vers 2020…

Un grand merci à nos familles respectives (qui acceptent les heures d’entraînements, les absences, « les vacances sportives », les apéro mojito sans alcool, les sacrifices financiers, bref qui nous soutiennent à donf), merci aussi aux copains restés scotchés derrière leur écran, merci à nos partenaires (Garage Fernandez, Dalle express, Sylvie Dabon expertise, Sport Aventure) qui nous aident et partagent notre envie d’aventure. Et enfin merci à toi Fab de pouvoir me laisser partir une fois par an avec les copains vivre une aventure hors norme pendant que tu réalises toi aussi le raid non stop « gestion de la tribu »….

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.