Championnat de France de raid

Championnat de France de raid

Un an sans mettre de dossard en raid, c’est long : mais alors quel plaisir quand tu regoûtes aux joies du matossage, du froid dans la combi et surtout quand t’es avec tes deux potes : Céd et Cris. On est parti visiter la Lozère sauvage et l’Ardèche aride.

Le briefing du vendredi soir est clair : faut profiter du moment, jouer avec les barrières horaires et s’enquiller deux grosses sections la 1 et la 5. Le menu du milieu est plus digeste 2/3/4 alternance vtt suivi, CO, Vtt O.

Il faut faire les rotations alors section 1 Trek packraft 16.5 classe 3/4 sur 6 bornes. Bilan de la négo c’est Cédric et Christophe qui s’y colle (ils avaient trop envie de mouiller la combi dans l’Allier). J’attends donc pour rentrer ensuite sur le VTT suivi.

Mes deux compères partent aux alentours de la 25ème place après le prologue CO du matin (qui compte pour du beurre puisqu’on a effacé les doigts en fin de section). Je déménage le camion à l’arrivée de la section et je retrouve tous les number Three qui sont dispensés de la section. Ca papote avec les copains du raid en attendant nos équipiers. Il fait pas super beau ni super froid. Les premières équipes arrivent et j’attends tranquillou : Ced et Cris arrivent vers la 30ème place. Transition rapide pour nous et on part avec Cris sur le suivi.

Je le dispense de l’orientation et on file à vive allure. On reprend quelques équipes, le tempo est correct. Cris tourne les jambes. La section fait 27 bornes et 700 D+. On ne se trompe pas une seule fois mais je sens bien que Christophe a bien chargé à cause du packraft. Le portage du sac pagaies-combi l’ a un peu entamé. On gère donc ce VTT et on file vers la CO. Ced nous attend pour enchaîner à 3 cette CO sur une joli carte IOF.

Changement de stratégie chez les princes noirs : Cris devait repartir avec moi sur la VTT O IGN de 22 km mais il préfère laisser le guidon à Cedric. Pas le temps de chercher le bike du Ced, il prend celui de Cris moyennant quelques coups de clefs pour régler la selle. Brouillard épais en haut de la balise 1 du VTT : multiples réseaux de chemins, du zef, et une petite pluie fine nous caresse le visage…. ambiance : on essaie de jouer alors on prend encore toutes les balises de ce VTT mais le timing commence à être serré…Tic Tac… l’horloge tourne.

Pour finir cette derrière journée, il y a le 2ème gros morceau la section : un Trek canyon trek nage trek rappel trek : en gros du bon gros trek où on va se mouiller le c… et après un gros rappel en plein zef bien mouillé histoire de grelotter en haut de la falaise : le tout de nuit pour les 3/4 de la section…temps estimé pour les premiers 5h autant te dire qu’on sait déjà avec Cédric qu’on va pouvoir discuter des entraînements de l’école de raid pour l’année : » Je les amènerai bien faire du canyon, moi ! ». On part à 17h chaud comme des baraques à frites. Camel rempli à toque de boisson énergétique de « je sais pas ce qu’il y met dedans Cédric mais ça se boit son truc!! », un paquet de cahouètes et une poche de saucisson : le tour est joué. J’ai caché un céréale bio dans mon sac et lui aussi… Chut!! Le matos de corde, la combi à transporter et hop, nous voilà partis.

On sait que ça va être chaud : barrage horaire entrée du canyon 18h . On laisse balise 1/2/3 du trek pour filer au canyon, on arrive à 17h50. Equipement express : « Putain j’ai grossi où c’est la combi qu’a rétrécie » C’est parti pour la section Bernard Lhermitte dans le caleçon. Ils avaient annoncé eau froide . En Lozère, ça veut dire « fais gaffe poulet, tu peux ressortir avec les lèvres bleues du bordel ou pas ressortir du tout…. » Premier bain : « bon ok, elle est froide mais faut pas exagérer non plus « .

On se fait doubler par pas mal d’équipes plus rapide que nous dans le canyon. Notre sac étanche n’est pas notre meilleur allié. On sort du canyon à 18h50 et le barrage horaire est juste après à la balise 7 : la nage. On arrive avec quelques minutes de retard : pas de nage pour nous, pas de rappel (on s’en fout juste avant on a pris une coupe avec Ced pour redescendre à la route : c’était comme un rappel mais sans corde…no coment!)

On se change et l’orga nous rapatrie en bas du rappel et on reprend le trek jusqu’au bivouac . Une belle patate à grimper et ensuite une belle orientation dans le chachis ardéchois (et oui, on est arrivé en Ardèche!) . Fin de section 21h45 : 4h45 dans le truc 22 km et des bananes mais surtout un énorme kiff d’avoir partagé ce moment avec Cédric: on s’est entendu à merveille et ça ressemblait un peu à une mini section ARWS. Trop bon.

On retrouve Cris qui a monté la tente et qui est prêt à en découdre le lendemain. Tant mieux Coco parce que c’est toi qui t’enquille la journée complète !!!!

Réveil 4h30 : ah oui, on a dormi dans la Camp 2 places à 3 : les gars me croyaient pas qu’au RIF on avait dormi à 4 dedans . Nez à nez avec Cédric, au milieu entouré de ses deux séniors : le master domine la tente…

Départ 5h30 pour un trek de 16km et 700 D+ : Cédric et Cris sont partis. Je descends le camion à l’AT suivant. Re-papotage avec les numéros 3 comme la veille. Au bout d’1h40, les premiers arrivent : ouch ! ça envoie sévère devant pour aller chercher le maillot !

Ced et Cris arrivent 1 h après : on est loin mais c’est pas grave on va mettre l’option « écervelés » en route. On part avec Cris sur un VTT road Book de 22 km profil descendant. 1 carte 2 bonhommes : Cris, t’es prêt ? C’est parti…

1 km après le départ : 1 équipe en vrac, 2 km 1 autre…. et ça, pendant presque toute la descente. Ils ont annoncé 1h30 pour les premiers et 2h30 pour les plus lents. 0 temps mort : à bloc dans les pierriers : de temps en temps, un petit coup d’œil derrière pour voir si mon Christophe est toujours là : no problem ! J’ai même pas pu voir son petit soleil tellement il est remonté vite sur le vélo…on a rattrapé une quinzaine d’équipes : beaucoup de casse matos chez certains ou des erreurs d’orientation. Nous, tout passe nickel. On s’éclate.

Arrivés au parc VTT : « Cédric allo? T’es où? »…il avait calé 2h pour la section, on a mis 1h20… autant vous dire que rien n’est prêt pour repartir tous les 3 finir ce raid….Pas grave ! Isa et Franky nous aide : on déballe tout du camion, on fout Combi, baudar, packraft, pagaies, gilets dans les sacs, on monte sur les vélos et on descend 2 km plus bas pour poser les VTT et partir sur le trek via corda de 6 km . Il est 10h30 et le barrage horaire est à 12h30 à la fin du packraft. On a deux heure tout pile pour faire 6 bornes de trek via et 6 bornes de packraft avec tout le matos. « Ca passera pas » Début de la via . « je te dis ça passera pas, ça bouchonne, regarde l’équipe devant ils tétanisent sur la via, c’est mort, ça passera pas !!! »

Bon, on profite du cadre: « put… c’est quand même magique le coin » « tu te rends compte si on avait ça à côté pour les petits »… Discussions entre deux coachs sur un relais de la via. Fin de la via : c’est parti pour le trek il reste 4 bornes à faire. Fin de la discussion entre les deux coachs. Le sac étanche sur le dos, je commence à visser parce que se faire shunter deux fois en deux jours : les mômes de l’école de raid vont chambrer…Le trek est magique en balcon sur la rivière : on court dès qu’on peut et surtout sur la fin.

On s’équipe vite : gonflage, combi à mettre, gilets et pagaies à monter, c’est parti pour la navigation…..Ca glisse tout seul…Cédric en kayak mono place devant Cris et moi sur le packraft. Rho… le pont d’arrivée est déjà là : 12h27 : fin de la récréation, on a le droit à la deuxième mi-temps…On passe ce barrage horaire pour faire la VTT O magnifique sur une carte IOF de toute beauté. On enchaîne bien les postes : on retrouve plein d’équipes de potes. Je suis bêtement des oranges sur la 8. Ils se trompent. Les oranges ne se trompent jamais pourtant, c’est Isa qui me l’a dit!!! Le Stivos me doit une bière sur cette balise et toi, Rannou t’es dans ta carte depuis deux jours et là, tu fais tout ce que tu veux pas que tes jeunes fassent !!! Pas grave, on la zappe et on finit la section heureux d’en terminer. On clôturera le WE avec une dernière CO dans un cadre magnifique pour rallier l’arrivée.

Une bière, un énorme repas, un rangement de camion express et c’est parti pour la suite du raid : 7 h de route pour rentrer en Gironde.

38ème au final, anecdotique. Surtout le seul WE de l’année en mode dossard avec deux acolytes au top. Merci les gars pour ce we magique!!!

Le we prochain on retrouve nos jeunes qui nous mettent des étoiles dans les yeux…Coaches are not dead!!!

Championnat de France Raid jeunes

Voilà le Cr de Lola une championne ….

On est vendredi 01 juillet, fin des épreuves du brevet, je saute dans la voiture de Cédric avec les
trois zigotos (Bastien, Ewen et Corentin le naufrageur) à l’arrière, direction Orléans pour y
retrouver le reste de l’équipe Prince Noir qui participe au Championnat de France de Raid Jeune.
Après une nuit de folie avec Camille, Marjorie, Justine et une clandestine Romane, on part pour
Compiègne la musique à fond dans la voiture. On installe le campement et on attend le début du
Raid.
Samedi 2 juillet à 20h06, départ du prologue des championnats de France de Raid à Compiègne
avec mon super coéquipier, Emile alias Milou mais on ne m’appelle pas Tintin. Déjà, on part avec
15min de retard alors que les premières équipes juniors sont parties à 18h. Ils ont tous déjà fini et
sont déjà douchés pendant qu’on s’échauffe et qu’on se prépare pour le prologue avec la deuxième
équipe minimes mixtes du club, celle de Justine et Antonin.

On commence avec 1,8 km de R&B, Émile commence à courir pendant que je prends le VTT qui se
trouve juste devant la sortie du parc VTT (bien joué Milou pour avoir trouver cette place stratégique
tu t’es bien battu (-; ) donc on commence avec un bon rythme jusqu’au premier canoë où on double
la plupart des équipes devant nous et même des équipes masculines ! Sur cette partie on a bien
carburé et Émile a bien manœuvré (on pense très fort aux pêcheurs qui à cause de nous n’ont attrapé
aucun poisson et qui voulaient savoir qui nous avait forcé à faire ça pour appeler les services
sociaux). On sort du kayak en tête et on part encore sur un R&B un peu plus long de 2,4 km où les
changements sont fluides et le rythme soutenu puis on arrive au parc à vélo pour enchaîner sur les
fameux 40 m de natation ! Je ne redoutais pas forcément cette épreuve car je nage plutôt bien mais
je venais de courir et dès que je suis rentrée dans l’eau tout mon équipement s’est alourdi … et là,
ça a été dur, je ne le cache pas mais ne voulant pas perdre de temps je me suis mise directement sur
le dos pour pourvoir mieux avancer et respirer (je me rappellerais toujours de la tête de Milou à ce
moment là, il était tout épuisé et il n’arrivait pas trop à nager. De mon point de vue, c’était très
drôle !). Après on sort de l’eau, je prends la carte et c’est parti pour une CO niveau bleu/vert je
pense. J’oublie vite la natation et rentre dans la carte (à ne pas prendre au sens propre (-; ), on
enchaîne les postes très facilement avec une jolie petite côte qu’on monte en trottinant entre la 6eme
et 7eme balise de notre parcours. Émile est douteux de notre parcours, il pense que j’ai oublié une
balise alors je le rassure en lui montrant vite fait la carte mais après réflexion je pense quand même
qu’il a bien fait de vérifier derrière moi car on ne sait jamais mais c’est pour ça que je trouve
dommage qu’il n’y ai pas eu une carte chacun pour vérifier. Bon, après on finit la CO avec un petit
trail où on donne tout, Émile commence à me pousser dans le dos mais il a très vite arrêté vu que
j’étais en forme.

On est les premiers minimes mixtes à arriver, on a mis 51’52, on est plutôt fier de nous. On a fait un
prologue sans erreur c’est parfait mais on attend les résultats pour savoir en quelle position on part
pour le lendemain. On rentre à la base de course pour enfin se doucher mais l’inconvénient d’être
partis dans les derniers … C’est qu’on doit prendre une douche froide ! C’est un peu plus dur d’en
prendre une que d’habitude quand l’eau de la douche est plus froide que celle de la rivière qu’on a
traversé. (T_T) Je dors super bien avec Justine dans la tente et c’est parti pour la deuxième journée
du Raid, la plus importante. Je commence à stresser un peu mais j’ai pas le temps de m’en
préoccuper, on part directement au magnifique château de Pierrefonds pour le départ. L’organisation
du parc VTT n’est pas folle, du coup on attend et j’ai très froid mais l’ambiance des PN me le fait
oublier. 🙂
Quand on est au départ dans la cour du château tout le monde se rassemble pour le briefing, tout le
monde est remonté à bloc … en tout cas moi je le suis. Je sens que je vais tout donner et je sais que
Milou aussi donc c’est parti pour la grosse partie de ce premier Raid France pour moi ! On
commence par un trail qui était censé être balisé avec une carte mais on ne voyait rien sur la carte
donc tant pis on prend à peu près le même chemin que celui de la marche d’approche. On double
deux trois équipes masculines devant nous mais qui vont en grande partie nous rattraper sur le VTT
balisé avec carte de 7 km, on commence par rouler sur du plat mais une montée s’offre très vite à
nous ce qui ne me fait pas très plaisir vu mon niveau en VTT. Émile part devant et tiens les autres
équipes pendant que je galère derrière alors que c’est que le début du raid. Je me dis à ce moment
que ça va être dur vu comment je douille sur une petite côte… Arrivés en haut Milou me met
directement le système de tractage et c’est reparti pour coller les autres équipes devant mais le
problème c’est qu’il n’y a que des tarés du guidon comparé à moi qui n’avance pas ! Mais bon, on
ne désespère pas !!!

On arrive à la CO vue satellite et on prend nos cartes. Je commence à faire l’itinéraire, on part en
concurrence avec plusieurs équipes masculines, on se tire la bourre et arrivés à la première balise on
voit un magnifique combi Volkswagen marron, du coup j’ai pensé à mon papa qui en a aussi un et
ça m’a reboostée pour la suite de la course. On fait aucune erreur, on croise l’équipe n°6, celle de
Allan et Yann et à notre 4eme balise on part juste un peu loin mais on se remet très vite dans la
course. (ndlr on se demande bien pourquoi une telle étourderie …)
Ensuite viens le VTT’O qui commence avec une belle côte. On reste avec les équipes de Raid’Alp
qui sont beaucoup trop fortes en VTT. Ils roulent à une vitesse, je trouve ça hallucinant ! Vraiment
pendant tout le Raid je me suis rendue compte à quel point il était nécessaire pour moi de progresser
en VTT, je compte vraiment m’entraîner le plus possible pour réduire cette écart ! Pendant ces 7km
il y a eu pas mal de montées et de descentes avec 120 de D+ d’après les indications du Road Book
mais il y a eu aussi une belle partie de plat et même sur le plat, Milou m’a tractée, c’est vraiment un
Warrior.
On arrive sur le tir à l’arc … J’en ai mis une c’est déjà pas mal … Milou fait un tir royal, il les met
toutes. Il a fallu qu’on m’explique avant que je comprenne parce que j’étais un peu fatiguée et le
temps que ça monte au cerveau … il a fallu deux flèches … je sais que c’est pas grandiose mais j’ai
fais comme j’ai pu et on a pas fait de tour de pénalité youpiiii !!! Ce qui nous donne juste un peu
d’avance sur les autres, on sort du parc à vélo et là l’équipe juste devant nous casse la chaîne d’un
de leur VTT, j’avais de la peine pour eux mais on ne s’arrête pas après tout on joue le titre. Ce VTT
n’était pas super, je crois qu’on a pas trop avancé mais je crois aussi que j’étais bien crevée vu que
j’en ai aucun souvenir…

La CO tyrolienne s’est plutôt bien passée, Émile qui commence à fatiguer mange un morceau mais
moi ça va, je suis concentrée sur mon orientation, je mange quand même deux saucissons ( c’est la
base le sauciflard). On part et pour aller à la 2eme balise dans une descente je me rétame par terre,
c’était hilarant, je me suis couchée sur le sol pendant que Milou mangeait tranquillement son
saucisson mais on a pas le temps de s’arrêter !!!!! Du coup on continue jusqu’à notre 8eme balise
qu’on poinçonne et là Milou me dit : « allez Lola on se dépêche il y a le gel de temps juste là !!! »
et là … j’entends des cris mais des cris vraiment très aigus, une voix un peu enrouée et je relève la
tête je vois Emile qui commence à hurler de douleurs et qui gigote dans tous les sens en faisant des
grands gestes, au même moment je sens quelque chose qui vient de me piquer dans le cou (on m’a
attaqué à la carotide mdr). Milou me dit en criant « Reste pas là il y a des guêpes couuuurs !!!! » du
coup on se met à courir de toute nos forces, entre temps j’ai récupéré la carte d’Émile qu’il avait
jeté par terre et on va au gel de chrono. Je vois Milou avec une de ces têtes ! Il avait mal le pauvre,
ça se voyait très clairement. On lui enlève les dernières abeilles et quelques dards qui étaient restés
accrochés sur lui avec une gentille madame qui s’occupait de la tyrolienne. On en profite pour faire
une grosse pause où on mange et on se remet chacun de son côté de nos émotions. On voit partir
l’équipe de Yann et Allan et on voit arriver pas mal de temps après le seconde équipe mixte, donc là
je me mets un petit coup de stress mais Milou relaxe me dit : « T’inquiète, ils sont arrivés au moins
5 min derrière nous, on a encore de la marge » donc je l’écoute et pars en première pour la tyro.

Alors c’était… trop bien !!! J’ai kiffé tout simplement j’avais l’impression de voler, ça m’a même
soulagé les jambes ! Mais quand tu mets plus de 5min à essayer d’enlever tes mousquetons alors
que tu fais de l’escalade depuis longtemps c’est là que tu vois à quel point l’effort est dur et que la
lucidité se fait de plus en plus rare T_T mais ce qui m’a boostée c’est le sourire des gens en me
voyant arriver sur la tyrolienne en me félicitant d’être la première fille à passer sur l’épreuve et ça…
c’est bon pour le moral, ça veut dire qu’on est premiers !!! (dans notre catégorie). J’attends que
Emile finisse sa tyrolienne pour repartir et malheureusement il a perdu une de nos deux cartes en
faisant la tyro… bon, c’est pas grave on repart avec une autre équipe masculine,on fait une petite
erreur mais pas très grande et on part sur la VTT’O.
On enchaîne bien les balises, Emile me tracte tout le long, on perd un peu de temps sur les arrêts en
tractage mais Emile oriente très bien malgré une petite erreur où je lui dis qu’on doit tourner mais
on continue tout droit. C’est pas grave on la rattrape vite.
Vient maintenant le tir au pistolet laser et comme vu précédemment je ne suis pas Robin des bois
mais je ne suis pas non plus Lucky Luke … j’en mets quand même 3 sur 5 donc je fais une petite
pénalité, je passe je relais à Milou qui fait un tir sans faute très rapide, j’ai presque pas eu le temps
de manger ma compote. On part en tête avec avec deux équipes qui sont en chasse bien sûr ils
nous rattrapent vite sur le VTT balisé.

Sur cette épreuve je me sens bien, je vois que Émile fatigue un peu donc je me dis que sur le
prochain trail je vais pouvoir le tracter… bon pas de chance pour moi, sur la descente en ligne
droite vers le parc à vélo, ma roue avant se plante dans un trou que je n’avais pas vu, je passe par
dessus le VTT, je me prends le guidon dans la hanche, je me rattrape en faisant une roulade (merci
Cédric pour tes cours d’acrosport ça m’a finalement servi) je me relève le plus vite possible et là …
je sens une énorme douleur dans la hanche et à l’aine, j’arrive à peine à remonter sur mon vélo en
plus j’avais la respiration coupée par le choc. Là, le mental ne tient plus, la douleur est trop forte je
pars en larme. Dans ma tête c’est le chaos total, je pense à beaucoup trop de choses à la fois, je ne
peux pas abandonner et même pour Émile, on n’a pas fait tout ça pour rien donc on continue ! Ce trail
est devenu la partie la plus dure de mon raid. J’arrivais à peine à mettre un pied devant l’autre en
plus on commence par une grosse montée et là je dis à Émile de marcher. J’avais toujours du mal à
reprendre ma respiration normale, pendant toute la montée je pense à tous les efforts que j’ai fait
jusqu’à présent pour peut être abandonner ?! Il en était hors de question ! il fallait que je finisse ce
raid avec Milou. Arriver en haut on se remet à courir, j’ai toujours mal, de toute façon la douleur ne
me lâchera pas jusqu’à la fin du raid. Même si ça fait un mal de chien, on serre les dents et on
continue. Je cours sur tous les reliefs même dans la descente … ça tire. Je suis désolée pour Émile, de
m’avoir vu dans cet état ça n’a pas du être simple pour toi aussi.

On arrive à la dernière épreuve de ce championnat de France de raid, le VTT fléché allemand, on
passe devant un indicateur qui nous dit que le fléché commence quand on arrive à la route… bon
c’était pas trop ça, fallait plutôt suivre le balisage qui était un peu long. On arrive à la route et le
fléché Allemand se passe très bien, on a toujours un peu d’avance, j’ai toujours mal donc on a un
peu ralenti la cadence d’après moi. Mais, alors qu’on est même pas à 1km de l’arrivée, les chemins
ne collent plus avec le graphique ! On est censé arriver au dernier parc à vélo mais on ne le trouve
pas donc on fait demi tour, on est crevé, dans ma tête je me dis qu’on s’est sûrement fait rattraper,
j’ai mal, j’ai envie d’arriver, de finir ce Raid le plus vite possible. Heureusement Milou trouve la
bonne sortie ! Pour moi il y a une faute de carto c’est dommage pour nous, on perd un temps fou sur
cette erreur. On voit arriver la seconde équipe mixte pas loin derrière nous, petit coup de pression,
Milou m’encourage, Julien est comme un fou à coté de nous, on bipe la dernière balise devant
l’entrée du Château de Compiègne et là ce sont les derniers mètres avant l’arrivée. On donne tout,
on voit Allan qui commence à courir en arrière en claquette, Julien toujours d’arrière nous, on arrive
sur la piste d’athlétisme et on voit l’arrivée enfiiiinn !!!!! J’essaie de continuer à courir malgré ma
douleur, j’en peux plus à ce moment là mais je suis tellement heureuse d’arriver ! Je profite des
derniers moments de ce raid incroyable avec mon super coéquipier. On passe l’arrivée, je veux
m’écrouler, je suis exténuée mais quel bonheur je m’en fous de savoir si on est champion je suis
juste trop fière de nous ! ON A TERMINE CE RAID !!!

On va vider le doigt électronique et on n’a aucune erreur et aucune pénalité, c’est PARFAIT, c’est un
grand soulagement à vrai dire ça signifie peut être qu’on est premier ! Mais là j’ai plus de force j’ai
toujours mal mais j’ai tout donné (Merci Cyril de m’avoir aidée à marcher, non … de m’avoir
portée carrément)
Après avoir fait un petit tour dans la tente des secouristes, j’apprends qu’on est sûrement premier
c’est trooooop géniaaaaaallll !!!!!! On encourage les derniers à arriver et vient le moment des
podiums. Ils appellent les minimes filles puis les mixtes, ça c’est pour nous, ils appellent les
troisième … c’est pas nous (le stress monte) ils appellent les seconds … c’est pas nous non plus …
ça veut dire qu’on est premier normalement ! Le speaker dit : « et les premiers de cette catégorie
sont Emilie Le Borgne et Lola Castillo ! » Et là on éclate tous de rire parce qu’il s’est trompé en
beauté puis il se reprend en disant Emile Rannou–Sériné et Lola Le Borgne ou Castillo, c’est Le
Borgne ou Castillo ? Et bah c’est les deux, c’est sûr que 4 noms de famille il y a de quoi
s’embrouiller mais c’est pas grave c’était drôle et on est tellement heureux de monter sur la
première marche du podium des championnats de France, ça arrive peut-être qu’une seule fois dans
une vie donc faut en profiter (paroles de Julien). Tous les copains des PN crient comme des tarés, je
vois Cédric mon entraîneur depuis la 6ème qui est trop fier de nous, il nous embrasse (Julien aussi
bien entendu) on monte sur le podium, le sourire jusqu’aux oreilles, des étoiles dans les yeux on
nous donne les médailles en or, vu le poids c’est pas du chocolat. On enfile les tee-shirts de
champion de France et je montre bien le maillot de Raid’Alp en hommage à Alek et Milou porte le
trophée à son nom. C’est un moment magique, je me suis demandée comment j’ai pu en arriver là, ça
fait même pas 6 mois que je suis là et j’ai déjà accompli un de mes plus grands rêves ! J’ai eu
beaucoup de chance aussi d’être avec Émile, il a trop géré mais c’est également grâce à mes
coéquipiers qui m’ont donnée envie de m’améliorer toujours plus, aux coachs qui sont au petit soin
avec nous, qui sont beaucoup investis dans n’importe quelles compétitions, entraînements et stages,
aux accompagnateurs qui nous encouragent et nous soutiennent tout le temps et à mes parents qui
sont toujours derrière moi. Un grand merci à tous sans qui je ne serais pas arrivée jusque là, j’ai
vraiment passé un super week-end inoubliable.
Cette médaille en vaut la PN 😉
(attention jeux de mot pourri)

Le récit d’un raid particulier
Lola Le Borgne Castillo

Championnat de France 2022 raid jeunes

Championnat de France 2022 raid jeunes

Et voilà maintenant le CR d’Emile : la course des champions de France !!!

Prologue : On est parti en bike and run avec Lola jusqu’aux canoës. On s’est équipé puis on est parti vers la première balise derrière une petite île, là, on a rattrapé 2 équipes parties devant nous. En canoë, on avançait bien. Quand on a fini le canoë, on avait déjà rattrapé plusieurs équipes (on avait rattrapé toutes les équipes mixtes devant nous … ).

En bike and run on n’a rattrapé personne mais on a creusé l’écart que l’on avait fait en canoë. La natation a duré plus longtemps que je ne le pensais, la faute aux chaussures et au camelback qui ont fait effets d’ancre. Lola a pris la carte pour la dernière épreuve, la course d’orientation a été assez rapide et on a même rattrapé les 2 dernières équipes garçons minimes.

En vidant les doigts à la GEC, la personne derrière l’ordinateur nous a dit qu’on était les premiers minimes mixtes arrivés. On était à 4min des premiers minimes en 51min et des brouettes. Bien placé pour le lendemain !

Raid : Nous sommes partis du château de Pierrefonds pour un trail de 3km. Pendant ce trail, nous avons rattrapé quelques équipes parties devant nous puis nous avons pris les vtts pour un vtt balisé. Pour rester au contact des équipes devant nous et pour préserver Lola avant la course d’orientation, j’ai dû tracter dans un petit single très sympa pour ne pas faire que monter-descendre du vélo. En arrivant à la CO, nous étions avec un groupe de 4 ou 5 équipes qui n’orientaient pas très bien mais qui comblaient leurs erreurs en courant fort.

A la fin de la CO, on a pris les vtt puis on est parti sur un vtt suivi-d’itinéraire avec plus de 2min30 d’avance sur les 2èmes mixtes. Le vtt suivi a été très rapide car nous étions dans un groupe qui avançait fort. Nous sommes arrivés au tir à l’arc, nous avions 6 flèches et nous devions en mettre 4 pour ne pas avoir de pénalité. Lola a raté sa première et sa deuxième flèche mais elle a mis sa dernière dans la zone la plus petite, moi, j’ai mis mes 3 flèches donc pas de pénalité pour nous et nous sommes partis pour un vtt balisé. Là encore, beaucoup de tractage mais après 2h d’effort en n’ayant rien mangé, je n’arrivais plus à relancer sur le faux plat montant. Je me suis dit qu’à la CO, je devais manger sinon je ne tiendrai pas la distance et la cadence. Nous sommes enfin arrivés à la CO accrobranche, la CO commençait bien avec des attaques de postes propres mais quand nous sommes arrivés à la balise 8 sur un rocher dans un sorte de fossé, nous n’avons pas fait attention et nous avons marché sur une ruche. Nous nous sommes fait piquer une dizaine de fois. Nous sommes arrivés au gel de temps et nous avons constaté les dégâts : on m’a même enlevé un dard resté coincé.

Pendant l’attente à la tyrolienne, nous avons mangé et bu pour reprendre des forces avant la VTT’O et nous avons pu constater la différence avec la deuxième équipe mixte (+ de 6min d’avance). Nous sommes passés à la tyrolienne puis nous avons fini la CO avec 11min d’avance sur les deuxièmes. Nous sommes partis sur la VTT’O, nous avons bien enchainé les postes même si je fais une petite erreur qui ne coûte rien sur le dernier. Nous arrivons au tir laser où l’on devait faire un relais pendant que l’un tirait, l’autre le regardait. Lola tira la première et fit une pénalité puis je tirai et en 30s, je blanchis les 5 cibles ! ! ! Nous sommes partis sur un vtt balisé qui montait dans un premier temps et qui descendait ensuite. Dans la dernière descente alors que nous comptions 8min30 d’avance sur les deuxièmes, Lola est tombée et s’est pris le guidon dans la hanche ce qui nous a  beaucoup ralenti notamment pendant le trail de 3km. En effet, pendant tout le trail, Lola a eu énormément mal mais elle continuait en se disant que sur le vélo, la hanche lui ferait moins mal et qu’il ne resterait qu’une seule section avant l’arrivée.

Nous avons fini le trail sans croiser personne puis nous avons pris les vélos et nous sommes partis sur un vtt fléché allemand qui s’enchainait bien jusqu’à l’avant dernier carrefour où l’organisation n’avait pas carté un chemin : pour cause, c’était un layon plus grand qu’un chemin ; là, nous avons perdu facilement 5min. Quand on se lance sur le bon chemin, la deuxième équipe mixte est juste derrière nous et nous bipons l’arrivée une dizaine de secondes avant eux.

Après être arrivés en tête du prologue et du raid, nous sommes sacrés champions de France (première médaille pour l’école de raid des Princes Noirs). Un rêve qui se réalise, juste super fier et super content, un podium magique. Vers 14h, les résultats tombent mais ils sont à moitié faux (les classements officiels ne sortiront que le mercredi suivant). Nous apprenons que nous avons gagné avec 2min 50 d’avance sur les deuxièmes (le prologue et le raid cumulé) mais c’est sans compter sur les erreurs du fléché allemand.

Finalement, nous nous imposons avec 50s d’avance car l’arbitre du raid juge que l’erreur sur le fléché allemand est entre les deux balises et il décide donc de geler le temps entre celles -ci. Or, nous perdons nos 5min après la deuxième balise du fléché où il y avait une deuxième erreur donc les 5min sont comptées dans le temps de course. Les deuxièmes nous reprennent donc 2min car ils font l’erreur entre les 2 balises.

Je remercie ma coéquipière Lola pour cette aventure : tu as été super forte!!!

Je remercie les coachs qui nous entraînent tous les samedis et bien sûr tous les autres jeunes de l’école de raid avec qui on s’entraîne dur!!

Championnat de France Raid jeunes 2022

Championnat de France Raid jeunes 2022

Allan nous raconte son championnat de France de raid jeunes à Compiègne avec Yann. Une belle aventure pour eux et pour tous les jeunes de l’école de raid des Princes noirs.

Vendredi :

Départ pour ce WE des CF de raid à 15h30, 4h30 de voiture et nous voilà arrivés à Orléans où nous allons passer la nuit. Ça fait du bien de retrouver tous les PNs en dehors que des entraînements. Fin de la soirée, go au dodo le Week-end va être chargé, faut dormir !

Samedi :

7h : Tout le monde debout pour le petit-déj, puis nous reprenons les voitures pour rejoindre Compiègne, là où se déroulera le raid ce WE.

12h : Arrivée au stade Jouve Senez qui sera la base de course ce WE. Nous montons toutes les tentes Prince Noir pour ce Week-end puis nous allons manger.

16h : Briefing des coachs puis départ vers le mémorial de l’armistice de 1918 qui sera le lieu de départ du prologue.

19h : C’est le grand départ pour le CF de raid 2022 !!

Le prologue : départ pour 1,8km de B&R puis nous arrivons pour 2,5km de Kayak à 2. Petit coup de pression : l’équipe qui est partie 45sec après nous nous a déjà repris au moins 30sec… Nous faisons un bon canoë (impression sur le bateau), on avance bien ; on est content quand on finit cette épreuve, personne dans le rétro, cela nous rebooste. Nous enchainons avec 2,5km de R&B puis la traversée de rivière en natation tout habillé juste parfaite 😂. Puis CO très facile, mais avec une carte de CO raccrochée à une carte de VTT’O, le collage des 2 cartes pas top mais on s’en sort puis petit trail balisé de 300m. Yann se plaint de crampe et me dit : Allan ralentit j’ai mal aux jambes. Et je lui réponds : Tu vas pas bien on ralentit pas là 🤣​🤣​. Mais bon super prologue pour nous deux, on a tout donné et on est content de nous 👍​.

Dimanche :

6h : Debout pour le gros morceau de NOTRE objectif de l’année. En se levant on apprend qu’on est deuxième à 28sec des premiers, c’est juste trop bien (on vient pour un top 5 de base) on va être dans la bonne vague 👌 ​mais bon on sait très bien que cela ne veut rien dire et que c’est aujourd’hui le gros morceau…

8h : Arrivée dans la ville de Pierrefonds, où l’on dépose les VTT dans le parc à vélo puis une petite marche d’approche pour aller vers le départ. Le départ sera donné devant le magnifique château de Pierrefonds puis briefing de l’organisation, les coachs nous rappellent qu’on est là pour s’éclater ; oui oui ne vous inquiétez pas on va s’éclater… les guiboles.

8h30 : C’est le grand départ !!

1,5km de trail : Normalement balisé, mais quand même avec une carte IGN en 25000 : 1 heureusement qu’on avait fait la marche d’approche …

7km VTT balisé : On avait une carte pour voir où on était et savoir où étaient les balises donc je me suis dit j’oriente et comme un con on loupe le chemin sur la droite et heureusement que Yann me dit « Allan y’avait de la rubalise sur la droite… », l’avance qu’on avait sur les autres équipes n’existent plus, putain qu’est-ce que je suis c*n ! Puis première montée, je ne vois pas que Yann a un coup de moins bien mince je ne peux pas l’aider là… On arrive sur le plateau en haut, je dis à Yann de se mettre dans ma roue et on arrive à recoller les équipes de devant mais dès la première balise où on est obligé de biper un par un les autres équipes nous lâchent… On finit cette section 8ème alors qu’on est partis 2ème heureusement qu’on ne nous le dit pas sinon on aurait pris un gros coût au moral…

2km CO photo satellite : Du mal à rentrer dans la carte au début puis dès que c’était bon pour l’orientation des gros points de côtés qui nous empêchent d’avancer aussi vite que nous le voulions mais nous re gagnons 4 places et nous sortons donc 4ème.

7km VTT suivi d’itinéraire : Nous commençons directement par une grosse montée où nous sommes obligés de descendre du vélo, je vois que Yann n’est pas bien en ce début de raid et j’espère que cela va passer (comme lors du raid Absolu 2 semaines avant) ; je l’aide en tractant son vélo même lorsqu’on marche pour le soulager. Puis une erreur en orientation dû à un problème de cartographie (je pense et j’en suis presque sûr !) aller encore 3min30 de perdu. Yann va mieux, on se passe des relais pendant la longue ligne droite qui nous mène à une grosse montée pour aller au tir à l’arc, j’aide un peu Yann durant la montée mais ça passe bien.

Tir à l’arc : Euh comment dire ? On n’est pas des archers ! Il fallait mettre 4 flèches sur 6 flèches et beh au bout de 5 flèches, 0 mises dans la cible, bon beh mange ta pénalité…

4km VTT balisé : On n’avance pas trop mal mais on se fait quand même doubler pas une équipe puis au milieu du VTT, on apprend qu’on est 9ème ça pique pour moi au moral mais j’essaye de rester dans ma bulle et ne surtout pas le montrer à Yann. Dernière montée compliquée pour tous les deux avant d’arriver à la CO IOF.

2,5km CO IOF + tyrolienne : Là on s’est que c’est notre point fort donc on s’en fout d’être top 10, on donne tout !! Ça ne commence pas trop bien, le départ sur la carte n’est pas l’endroit où l’on part donc je demande à un organisateur qui m’indique vaguement où on est… Bon tout rentre en ordre malgré des dizaines de secondes perdues à cause du triangle de départ mal marqué sur la carte ! CO niveau jaune donc cela passe très bien pour nous en orientation et quelques coups de traction en montée pour maintenir un bon rythme, nous arrivons à la tyrolienne et nous voyons l’équipe de La Réunion (1er au prologue), nous discutons un peu avec eux et ils nous annoncent qu’il y a deux équipes devant eux donc on est 4ème, voilà enfin une bonne nouvelle ! Tyrolienne très rapide et c’est reparti pour la deuxième partis de CO ; à mon étonnement dès que nous avons pu courir, nous avons lâcher la team de La Réunion donc nous finissons cette CO à la 3ème place provisoire (l’équipe de La Réunion a pris un plus gros gel de chrono que nous lors la tyrolienne donc même si on est devant eux, ils ont quand même encore de l’avance sur nous (au temps du jour)). En arrivant au parc à vélo, Cédric nous annonce la tête de course à 5min à ce moment-là, on est déjà super content d’avoir remonté autant de places mais bon c’est parti pour la VTT’O avec deux équipes à 5min.

6km VTT’O IOF : Encore une « vraie » carte ça fait du bien ! Du mal à orienter la carte au départ beaucoup trop de chemin au triangle de départ, on perd encore environ une minute. Puis le VTT’O se passe comme dans un rêve aucune boulette en orientation ; j’avais les jambes « légères » donc j’ai pu tracter Yann sur la majorité de la section. On arrive à la dernière balise et là nous voyons avec nous les deux équipes qui étaient en tête de course, je crois me tromper… En arrivant sur le biathlon je regarde Julien et je lui dis : « On est en tête de course ?! » et il me répond : « Oui, c’est bien les deux équipes XTTR qui étaient premières » et il nous dit de bien rester calme et concentré…

Biathlon laser : Transition express et nous voilà les premiers devant le pas de tir ; on a 50sec pour allumer les 5 cibles et si on finit avant c’est du temps de gagné. Je pars en premier, 30 secondes après toutes les cibles sont allumées puis je passe le relais à Yann qui me fait un tir « super sonique » et 20 secondes après je le vois déjà venir à moi. C’est bon ça, on a un relais d’avance minimum sur les autres équipes.

6km VTT balisé : On sort du parc à vélo et aucune rubalise ! Je dis à Julien : « On doit partir où ?! », comment dire on était premier et on était en train de perdre du temps et ni Julien ni personnes de savait où il fallait aller, heureusement qu’il y avait le directeur de course qui était là pour nous le dire mais bon 20/30 secondes de perdus encore. Maintenant il y a que le physique qui compte pendant cette section et la suivante, au bout de 2km la première équipe nous rattrape déjà… On voit qu’ils sont meilleurs physiquement et Yann commence à avoir des débuts de crampe, oh non tout sauf les crampes… Je ne peux pas l’aider dans les singles mais dès que cela redevient roulant je le tracte pour minimiser la perte de temps et qu’il ne crampe pas. Fin de la section, on est deuxième.

3km trek/trail : On commence directement par une côte de 600 mètres avec plus de 80 mètres de d+, ça pique fort ! Yann a mal aux jambes et j’ai peur qu’il crampe donc je l’aide. Il a plus d’eau depuis le VTT’O donc je l’alimente en eau mais je rationne l’eau car je pense que j’en ai plus beaucoup (alors qu’en fait il me restait pas mal d’eau, quelle quiche !). En arrivant en haut, une équipe nous rattrape et nous double, on est 3ème à ce moment-là et on donne tout ; puis une longue partie de la section se fait sur la route mais c’est plat ! Puis on enchaîne avec une descente bien raide, Yann me dit qu’il ne peut pas la faire sinon il va cramper mais je ne lui laisse pas vraiment le choix… Puis nous finissons cette section sur du faux plat descendant sur la route et là, la cheville qui tourne alors que je suis sur la route ! J’ai mal et Yann me demande si je vais bien et je lui réponds que oui même si c’est l’inverse 🙃​😬​. Je finis le trail sur un pied mais je sais que le vélo ça va le faire. Sur la fin de la section l’équipe d’O ’Bugey (futur Vice champion de France) nous recolle.

6,5km VTT fléché allemand : On enfile vite les vélos et nous repartons devant l’équipe d’O ’Bugey, ils n’avaient pas écouté la consigne et heureusement qu’ils nous rattrapent et qu’on leur dit sinon ils allaient vite être perdus… Donc un petit VTT balisé qui nous mène à une route qui sera le départ du fléché allemand. Le VTT fléché allemand c’est la section où c’est impossible de commettre des erreurs pour l’organisation mais bon deux énormes boulettes, la moitié de fléché allemand va être gelé à cause de la première erreur mais pas la deuxième qui nous fera perdre environ 1min encore !

0,7km trail final : J’accroche Yann à la laisse et on se mets au fond jusqu’au bout, même le coach n’a pas réussi à nous suivre alors qu’il n’avait rien fait du week-end… 😆​😅​

On passe l’arrivé en 4ème position et maintenant on savoure, les coach sont contents, les parents sont contents et nous on est content, on a tout donné ! On vide les doigts électroniques tous les deux et aucun poste manquant. Maintenant on attend les copains pour les encourager sur l’arrivée. Et 20 minutes après nous, on ne verrait pas arriver la première équipe mixte ?! Et en plus ça ne serait pas des PN ? Bien sûr que si c’est Emile et Lola ! Ça s’est fait : le premier titre de Champion de France jeunes du club c’est pour cette année ! Ils l’ont bien mérité, vous savez déjà tout…

Les podiums minimes filles et mixtes sont faits, on attend les minimes hommes pour voir si on est sur le podium mais bon on sait qu’il y pas beaucoup de chances que cela arrive… On attend, on attend et aucun résultat dans toutes les autres catégories : l’organisation nous dit qu’il y a un énorme problème à la GEC et que les résultats seront donnés en début de semaine. Le week-end est terminé ; c’était trop bien comme d’habitude !

Merci beaucoup aux accompagnateurs, aux coachs et à tout le monde pour ce WE de folie. Hâte d’être de retour aux entrainements et aux prochaines compétitions !

Mercredi soir, il y a apéro chez les Rannou Sériné pour fêter le titre de Champion de France d’Emile et Lola mais bon nous on attend toujours les résultats… Et une heure avant l’apéro, les résultats tombent (enfin) mais les coachs nous disent que se seraient bien d’attendre qu’on soit ensemble… Bon ok mais bon, moi je boue… ​😅​ En arrivant là-bas, j’apprends que tout le monde le sait sauf moi ! Julien me regarde et m’annonce qu’on est sur le podium !! 🥳 Vraiment trop content, on voit que tous les efforts depuis le début de l’aventure Princes Noirs ont payé donc juste super heureux. ​😁​​😁​

Je remercie tout le monde des coachs en passant par papa et maman et les copains d’entraînement… Et cette médaille, elle est pour tout le monde ! Tout le monde a contribué d’une manière ou d’une autre pour cette médaille donc encore merci à tous ; de nous avoir encouragé et aidé tout au long de l’année.

Mais je remercie, surtout, mon Yann sans qui l’aventure n’aurait pas été la même et sans qui on n’aurait jamais autant performer. Les retours d’entraînements à vélo et tous les autres efforts qu’on a fait en plus pour en arriver là… juste un IMMENSE merci pour tout Yann.

Allan (un gars heureux ​😁​)

Championnat de France de Raid : Raid nature 46

Il y a quelques mois, mon amoureux me dit : « Tu ne veux pas faire le championnat de France de Raid avec moi ? 

  • Hum ?… »

Je me dis de suite que ces mois de Covid qui nous ont privés de compét lui ont tapé sur la tête. C’est vrai aussi que la tribu grandissant, j’ai pu retrouver des entrainements plus réguliers pendant et après le confinement…

Il argumente en me disant qu’il y a plusieurs manches autour de chez nous durant lesquelles je pourrais me préparer etc…

Et là, Banco ! Repartir sur des raids avec lui, après ses aventures diverses et variées, je relève son défi !

Notre coéquipier est vite trouvé, François, qui lui aussi, ne sait pas trop dans quel chantier il se lance. Mais motivé et un peu fou comme nous quoi, il accepte notre proposition.

Tous trois licenciés à la Fédération Française de Triathlon, nous nous inscrivons donc à ce fameux championnat de France qui aura lieu dans le Lot… Il n’y a pas de mystère : c’est le département de cœur de mon amoureux et c’est donc ainsi que Jérôme, son cousin, acceptera de faire notre assistant durant ces 24h !

Samedi 22 octobre – Rocamadour – 8h

Les équipes arrivent autour de nous : retrouver les copains qui soient de Gironde ou d’ailleurs est une belle fête. Le froid est déjà bien présent : tout le monde essaie de se rassurer sur la nuit à venir…

On suit les conseils de Ju sur l’organisation de nos affaires pour les transitions à enchaîner. Il a acquis de l’expérience dans le matossage durant ses grands raids. Jérôme s’entraîne et nous prépare déjà un bon café bien chaud.

Je rencontre en direct toutes les équipes que je suis d’habitude devant mon écran… c’est drôle  de se retrouver auprès d’eux.

Briefing… Départ sur un prologue de 1,5 km en relais… Les premiers équipiers partent comme s’ils ne couraient que cette épreuve… ça donne le niveau !

Nous, on sait quel est notre objectif : parcourir ce raid de 24h le mieux possible et surtout passer la ligne d’arrivée tous les 4. On aura des choix à faire à cause des barrages horaires mais ça, je laisse Ju gérer…

Nous partons vite sur un VTT suivi de 24 km avec l’équipe des TEAM GC-Princes Noirs direction Autoire et ses célèbres cascades… Bats et Jérôme sont là en spectateurs : pas d’assistance sur cette AT. Nous allons courir le trail orientation de 6km. Quel trésor de la nature au milieu de la forêt : une balise à poinçonner juste derrière la cascade comme dans les contes de fée ! L’eau fraîche pour les pieds tout de même…

La petite balise dans le rentrant en haut de la pente à côté d’un vieux frigo abandonné et de tessons de bouteilles fut vite oubliée…

De retour au vélo, j’ai besoin de m’alimenter et quelques crampes me titillent : oh non ! pas déjà… On gère et on part pour les 17 kms de VTT jalonné. Je sais qu’à l’AT suivant, je vais me poser car ils ne partent qu’à 2 sur la première partie Kayak de 12,5 km – Je ferai la seconde partie 10km.

Les garçons vont à la vitesse de l’éclair, j’ai juste eu le temps de ranger avec Jérôme, de faire le trajet en voiture, d’enfiler une tenue sèche et ils sont déjà là !

Je pars pour les 10 bornes de kayak avec Ju. Le lot est magnifique avec ses grandes falaises et ses larges méandres. Il y a du courant et on avance vite ! On arrive à l’AT en moins d’une heure …

On se prépare pour la grosse section VTT 60 km : on s’habille chaudement, le soleil décline et on sait que la nuit s’annonce froide. On mange un bon ravito : Jérôme nous prépare tout ce qu’on lui demande, il est aux petits soins pour nous, on forme une vraie équipe.

Le VTT démarre bien : les sentiers sont des singles dans la forêt lotoise, ils sont engagés tant en montée qu’en descente mais les paysages sont très beaux.

Le froid se fait ressentir relativement vite, la lassitude aussi car on a l’impression de ne pas avancer… les 30 premiers kms sont interminables… on discute de couette chaude, de lit douillet, tout ça les pieds gelés mais on avance.

Heureusement, dans certaines parties du parcours, la température semblait plus élevée et on a réussi à se réchauffer les petits petons en poussant un peu les vélos dans les montées… Le froid sur le visage reste supportable et on va terminer la section en 8h… On a explosé le temps prévu : Jérôme doit se demander ce qu’on peut bien faire !

A l’AT, n’ayons pas peur des mots : ils n’attendaient plus que nous… On n’a même pas eu de coup au moral tellement on était heureux d’en finir. François et moi sommes réfugiés  au chaud dans le camion que Jérôme nous avait fait chauffer. Notre coéquipier surhumain discutait dehors avec son cousin en rangeant les VTT sur le porte-vélos et en nous préparant un repas chaud : ah ! l’aligot lyophilisé… il nous a remis sur pied.

On a décidé de dormir 2h attendant la barrière horaire suivante car pour la CO à pied on était très en retard et le VTT 40km, comment dire, je n’avais pas envie de l’imaginer…

Le réveil a sonné à 5h : Ju et moi étions remontés comme des bobines et avons soumis à François l’idée de partir sur la CO à pied 11 km. Plus modéré, François s’est préparé tranquillement…

Dans nos têtes, c’était reparti : on allait rentrer sur toutes les sections de la journée 2 : trail – VTT – trail. On allait faire notre itinéraire !

Le trail fut magique avec la découverte de cet igue au lever du soleil avec la mer de nuages au-dessous de nous… Pour le cimetière dans le ciel, on en rigolera toute la descente…

Les balises s’enchaînent bien et on rentre sur Saint-Cirq-Lapopie. Tous ses villages pittoresques, ces gouffres naturels, ces paysages à couper le souffle restent comme support pour se remonter le moral quand on a des petits coups de moins bien.

On arrive à l’AT, on se ravitaille et on s’équipe pour le VTT. On décide de ne pas aller à la Via Ferrata car il n’y a qu’1h30 de pénalité … Je ne suis pas sûre de la faire en 45 min… François n’est pas hyper chaud non plus donc banco… chemin du halage le long du Lot et on trace notre route. On emprunte le petit GR, on roule sur une voie ferrée désaffectée et on arrive à la dernière AT sous le pont de l’A20…

On repart en trail direction Cahors… La fin est proche donc on savoure ces moments : les balises s’enchaînent facilement avec mes orienteurs complémentaires… Avant-dernière balise du point de vue au-dessus de Cahors … Allez une dernière montée vers le Calvaire qui surplombe l’arrivée : on entend les micros, on voit l’arrivée : dernière ligne droite.

On traverse le Pont Valentré, tous les trois, on récupère notre assistant Jérôme sur la ligne droite et on passe la ligne d’arrivée tous les 4 ! Drine est là pour immortaliser le moment, l’émotion et la satisfaction d’avoir relevé le défi !

Dimanche – 23 octobre- Cahors- 14h15

Raid Gallaecia : Championnat du Monde de Raid…un prince noir chez Valmoraid

Raid Gallaecia : Championnat du Monde de Raid…un prince noir chez Valmoraid

Il y a des occaz à ne pas manquer alors quand en juillet tu vois passer un message sur raideurs de France t’indiquant que les deux Nico de Valmoraid cherche un gars et une nana pour partir en Galice en octobre et bien tu fonces…

Après quelques discussions cet été et une revue d’effectif lors de Sud Raid (chacun pour sa peau on fait équipe que dans 1 mois donc si on peut se mettre une bonne branlée pour montrer les biceps avant la Galice c’est bien) A ce jeu c’est Alaïs qui gagne en arrivant devant les deux Nico et ma pomme juste derrière. Mais au moins on sait que l’on a globalement le même niveau et on arrivera aussi fatigué pour nos premiers championnats du monde (là je parle pour les garçons car la miss a déjà un ARWC au compteur…)

Descendus du Chnord mardi et repas d’équipe enfin le soir, nous partons tranquilles le mercredi pour La Corogne. Papotage stratégie de course, matos bouffe sur le trajet. Les blagues fusent on ne devrait pas s’ennuyer….

Après deux jours de matossage, une parade dans la ville et la présentation des équipes on nous libère enfin samedi midi à Monforte de Lemos pour un petit trek de 122km qui en fait 133…

Ouch le chantier, on part pour 30 bornes on the road alternant course sur le plat et descente et marche rapide en montée. Au bout de deux heures Alaïs se plaint du genou…Warrior comme elle est on l’écoute mais on sait qu’elle a du répondant. La nuit tombe et on prend un énorme orage sur les crêtes, on est trempé jusqu’aux os le calbute plein d’eau, ça a traversé le poncho, la gore tex et tout le matos obligatoire. On trouve heureusement un feu dans un hangar qu’une équipe espagnole attise. Ni une ni deux, on se désape pour tout faire sécher et on se glisse dans nos bivys pour dormir 1h30. Pas prévu au programme mais tellement réchauffant à ce moment là. On repart sec et heureux d’attaquer la deuxième journée pour finir ce chantier. La chaleur retrouvée dans la journée et les copains de Sud Raid nous font du bien malgré les soucis mécaniques aux chevilles pour les deux Nico et aux genoux chevilles pour Alaïs. Je les aide au max pour les soulager sachant que cette épreuve est sur le papier la plus dure pour nous. l’équipe est concentrée, on ne parle pas trop mais on sent que chacun veille sur l’autre. La nuit arrive , un dernier Cp dans les falaises et on file en claudiquant vers l’AT 1 après 34h de course : bilan on est touché mais pas coulé…

Transition rapide : montage de VTT dodo 1h dans un dojo où on se pèle et on repart. objectif barrage horaire de 16h lundi.

VTT 80 km : on part à minuit pour une tyro pour Alaïs et moi et une descente VTT pour les deux Nico. Puis regroupement d’équipes et c’est parti pour un VTT profil descendant. On roule régulier sans erreur et on matraque ce VTT en 11h au lieu de 12.

Transition pas express pour moi qui accuse le coup devant ma caisse VTT. Je mets 5 min à émerger mais mes coéquipiers sont là pour m’aider. On se prépare pour le kayak de 90 km.

La miss monte devant, on décide d’attacher les kayaks d’entrée après les rapides. Ca glisse bien, on rattrape Sud raid et Adéorun devant nous. On discute un peu, ça chante et on essaie de rester concentré sur le taf à faire. Pagayer pagayer pagayer. On commence à sentir que l’équipe tourne bien, les transitions sont fluides et la perte de temps minimisée. Une vague impression que ça fait 10 ans qu’on tourne ensemble sur le circuit arws….c’est bon ces sensations. Le regard du sniper de Nico alias cochon commence à poindre. Alaïs a oublié son mal aux guiboles et Nico envoie du lourd en kayak. Fin de la première partie: portage 12 km. On trouve un pont pour dormir au sec 2 heures. Duvet bivy et ronflement sont au programme. On reprend le portage: je gueule sur cochon qui s’endort toutes les 2 secondes en tractant le kayak : une bête cet homme là. Le manège dure une bonne heure avec 3 personnes 1/2 . Ca avance quand même sous la pluie. on réembarque sur la rivière dans la nuit pour finir ces 90 km de kayak. Le rapide by night non référencé sur la carte nous fait serrer les fesses…C’est au tour de Nico de s’endormir, on attache les kayaks et on pagaie à 2 pendant qu’au milieu ça ronfle et tangue. Nico prend des coups de pagaies à chaque fois qu’il penche trop à droite ….Dernier petit portage puis derniers rapides avant d’atteindre l’AT en milieu d’aprem. Bilan 21h avec 2 h de dodo inclus au lieu de 22h prévu. Perfect !!!

Transition rapide : montage des VTT, Lyoph mangés au soleil. L’At grouille de monde…on dirait qu’on revient dans le game. On reste sur notre principe: on fait notre course et pas la course. Objectif : Barrage horaire de fin de VTT

VTT 220 km: départ 15h .

On décide de rouler fort après un faux départ pour cause de chasuble oublié par …. qui nous doit une cerveza… les kms défilent, Nico alias gps man enchaîne les cartes les unes après les autres. La nuit tombe on retrouve Aérolia avec qui on fait un bout de chemin. Le brouillard tombe sur les crêtes, festival du Nico qui trouve les passages sans encombre alors qu’on y voit pas à 2m. Minuit arrive. c’est l’heure de dormir. Alaïs et Nico ont commandé une grange avec paille pour dormir au sec. Petit village traversé, on s’enquille dedans avec cochon qui sent le coup. Bingo on la trouve: un hôtel 5 * avec paille à volonté.

2h de dodo hyper réparateur. On se lève frais comme des gardons. On repart en roulant fort: c’est bon ça. Petit matin, lueur du jour un enc….de frelon me pique la main. Moment de stress pour moi après ma visite l’été dernier aux urgences pour 4 piqûres de guêpes. Réaction instantanée les boutons apparaissent, ça gratte mais les lèvres restent normales. L’anti histaminique fait effet. Pendant une heure on roule tranquille et je me contorsionne sur la selle pour me gratter. La main est bien grosse mais ça va le faire. Lugo : CO photo avec méga sandwich .

On enquille cela vite fait bien fait . Petit café noir en terrasse dans l’unique but de squatter les toilettes du resto. On repart pour finir ce gros VTT et manger la 2ème barrière horaire: signe que la full course est jouable. Stop de 10 min sur la place de Lugo et à fond les ballons pendant 5h où on ne fait aucun arrêt. l’équipe est ultra homogène : Alaïs roule fort, Nico oriente easy, Cochon met du rythme, et je garde un oeil sur la vitesse de progression, les calculs de temps….ça sent bon!! La fin du VTT est un peu plus laborieuse avec une descente de nuit dans de la caillasse et des ornières et notre Nico nous a fait un petit coup de mal au bide mais les tuc ont eu raison de son estomac. Arrivée à l’At: Béa d’endorphinmag est là et que c’est bon de la voir…elle aura rythmé nos transitions…on sait que la famille et les potes sont derrière l’ordi alors l’émotion est bien présente. On ne triche pas avec les émotions…Bilan : 29h avec 2 h de dodo pour 30 h prévues

Transition : rapide, démontage des VTT, lyoph et dodo 2 h à l’AT

Trek 65 km

On part vers minuit pour ce trek juge de paix pour nos douleurs mécaniques: ça va tenir ou non?

On commence par un paddle minuscule puis une traversée de rivières où on retrouve 4 équipes : des espagnols à poil, des polonais en slip frigorifiés. Personne ne trouve le passage , le courant est trop fort. Regard de chacal de cochon et Nico, on remonte la rive sur 100 m: coup de lampe: ça doit passer. On se désappe, bras dessus bras dessous 10 min plus tard on est sur l’autre rive, rhabillé et pieds secs…les autres équipes nous voient filer alors qu’ils bataillent depuis 1h sur ce guêt….trop bon. On rigole de notre coup . La montée le long des éoliennes est longue et un peu ennuyeuse mais au moins il ne fait pas trop chaud. Les descentes sur la route nous pètent les pieds mais on s’accroche. On décide de marcher fort pour passer le bon timing de la marée le soir. La journée est longue mais on y arrive : chacun donnant le meilleur de lui même pour l’équipe. Alaïs serre les dents, les deux Nico ont la gnack malgré la douleur. Le chemin le long de la rivière est magnifique et on rejoint l’At après une dernière pose nok talc! Bilan : 19h au lieu de 20h : parfait

Transition rapide pour Alaïs : pas top pour les vieux

On enchaîne avec le kayak pour avoir la marée descendante et pour laisser les autres équipes derrière nous à 6 h . Tiens on ne fait plus notre course mais la course…C’est le jeu ma petite lucette!!!partir en kayak de nuit et affronter la mer et ses paquebots. Mais non Alaïs t’inquiète y’a rien de tout ça, ils ont dit pas de vague à l’embouchure…

On descend vite la rivière en se posant certaines fois sur les bancs de sable. On passe un pont puis l’autre et on arrive en mer calme….Tout droit direct à la pointe comme l’indique le road book. Soudain un bruit de rouleau puis une masse d’eau blanche nous arrive dessus: 22h l’heure du combat arrive. On prend 3 grosses vagues dans la face. Je crie sur mes coéquipiers pour être bien perpendiculaires aux vagues. Nos kayaks volent, ça crie, ça pleure mais ça passe. Put…chaud…suis énervé contre l’orga, les 2 conos à côté de moi sont morts de rire et ma Alaïs ne sait plus si elle doit pleurer de joie ou de peur… on finit dans la vase pour atteindre l’AT , on se jette dans les bras les uns les autres. Put…on va le faire. Les larmes coulent mais secrètement parce qu’on doit finir le taf!

On dort à l’AT 3 heures et on part pour finir ce championnat du monde, libéré des autres équipes qui sont bloqués par la marée.

Trek 32 km coastering

La nuit tarde à finir, je m’endors derrière Alaïs : ma coéquipière de choc. Je marche en dormant à la laisse derrière elle. Les deux Nico sont dans la carte une énième fois et nous font progresser sans problème. Le jour se lève, le dernier avec 24 h d’avance sur la fin du raid, on savoure mais on s’ennuie car on veut arriver. Les pieds sont maintenant hs pour tout le monde. Pose talc, pose nok pose talc. On rentre vers 11h dans la Corogne mais il faut faire le tour de la ville pour rejoindre la méta!!!!C’est long sans fin, on essaie de relancer mais c’est dur, impossible. On maudit Pablo pour son tracé !!!Et enfin elle arrive Béa et la ligne d’arrivée. On ne s’est rien dit avant, on la franchit et nos regards se croisent….L’émotion est réelle, les larmes glissent sur nos joues sales, on s’embrasse. On était 4 raideurs expérimentés en début de semaine qui ne se connaissaient pas, on est maintenant une équipe, une putain d’équipe. C’est juste magique.

Remise de médailles, bière et dodo sur les canapés de l’orga, on refait la course remplie d’endorphines…

Merci Cochon alias Paul le poulpe d’avoir mis ce message en juillet sur raideurs de France, on n’a pas mis longtemps à se comprendre, sans forcément se parler mais avec la même soif d’y arriver et toujours avancer, avancer et rester positif parce que l’on a de la chance d’être là.

Merci Nico pour ton orientation, ta sécurité, tes choix, t’as été costaud dans la douleur, dans le mental (il en fallait), merci pour tes blagues, tes chansons.

Merci Alaïs pour ta hargne , ta bonne humeur, ton sourire, tes larmes et ton extrême envie de finir ce put…de chantier. Fallait oser tu l’as fait et t’as tout d’une très grande: l’expérience, la jeunesse, la fougue.

Merci Fabienne derrière ton ordi, tes milliers de messages de soutien avec Séverine, Lilian et Caro. Vous nous avez portés pour y arriver. On vous aime!!!!

Merci Béa : sans toi l’aventure est difficilement compréhensible pour nos proches, ta présence nous réchauffe….

ps : je redeviens un Valmo quand vous voulez les zamis…..

Sud Raid Adventure Race

Sud Raid Adventure Race

Deux ans sans Adventure race, c’est très long…. 1 semaine pour constituer une équipe, c’est très court ! Surtout quand deux de tes coéquipiers mettent le clignotant pour covid…Branle bas de combat, il faut trouver deux keums, deux nanas, un couple pour nous accompagner avec Fred sur cette aventure montagne de 96 h non stop.

Heureusement la communauté raid, ça marche à donf et on part avec Eti et Kam, raideurs expérimentés de la région toulousaine. On récupère nos deux partners sur Toulouse samedi et hop : 6h pour faire connaissance.

Petit resto d’acclimatation le samedi soir, ça papote tranquillou stratégie et habitude de course. On semble sur les mêmes longueurs d’ondes : ne pas se prendre la tête avec les sacs et leurs kgs imposés, profiter à fond de cette semaine de vacances made in 05 avec cette équipe inédite, tout faire pour jouer full course donc ne pas trop s’écouter question sommeil et surtout prendre du plaisir et garder le smile. L’avantage quand tu te connais pas avant c’est que chacun va mettre ses compétences à 200% pour l’équipe sans trop réfléchir….Le prologue va nous confirmer cela….Eti a la carte (sans boussole svp), Kam lui récupère le doigt après deux postes et décide de choper tous les koms en montée de la ville de Veynes….Fred et moi, on respire à fond, on sourit et on transpire : le bordel va durer 4 jours et 4 nuits….à cette vitesse là, on ne va pas s’ennuyer ! Fin du prologue : milieu de peloton : on partira donc demain avec 3 min de retard sur les premiers et 3 min d’avance sur les derniers, autant dire rien du tout…

20h03 lundi : Pam! coup de feu en roller pour 13 bornes avec 300d+….une balade pour la miss Fred, une révélation pour Eti qui survole l’asphalte, une pénitence pour Kam qui adore ce machin à 4 roues…Je l’aide un peu pour faire passer la pilule…(quelque chose me dit qu’il me le rendra bientôt et au centuple….) transition express : je pose mes rollers, je mets mes baskets et hop 2ème section.

Section 2 Trek 30 km :

La nuit est tombée et on attaque le trek par les croupes…j’aime bien les croupes, c’est moins roulant que les GR mais c’est plus rapide et plus court…balise 1 check, balise 2 check après un premier bartassage de 30 min et une rencontre avec les Princes Noirs qui nous regardent songeurs derrière les laisses de nos coéquipiers. Et oui Kam et Eti ont un peu plus de D+ et de bornes que les deux vieux de l’équipe et ils n’hésitent pas à nous tracter dans les montées pour maintenir un rythme soutenu. Le deal : on tracte en montée et on court en descente…ça passera plus vite comme cela. Balise 3 un rentrant : ça jardine pas mal dans le secteur quand on y arrive : Kam nous met à la bonne alti, on sort du blanc de la carte et on fait tous les rentrants du coin….Bingo en 20 min le poste est in the pocket. On s’arrache vite fait, bien fait. Poste 4 inter ruisseau-chemin : facile ça !!!et ben quand tu te trompes de ruisseau et que celui ci se transforme en canyon et que tu peux plus en sortir et ben tu galères ta race…2h de perdues dans le truc que l’on reprend à rebrousse poil, une fois le canyon terminé (paye tes 300 D+ pour revenir en haut) Le jour se lève, on est bien et on file vers la fin de ce trek avec la via de Ceüse et son rappel de 80 m. Tout va bien, on descend en courant jusqu’à l’AT en 15ème position…gros dégâts ce trek qu’on aura bouclé en 14h-15h.

Section 3 VTT 75 km 2500 D+

On remonte les VTT rapidos (petit pb de machoires fermées sur l’étrier d’Etienne mais rien de grave) . Je prends la suite en orientation avec Kam. les KMs défilent, la laisse est tendue en montée…sont costauds les djeun’s qu’elle me dit la Fred tout sourire derrière Kam. La nuit est tombée : on a réparé deux crevaisons sur le vélo de Kam et une valve récalcitrante de Fred, et on a aussi squizzé l’orage qui tournait autour de nous…dommage pour les copains derrière. Dernier poste : plus belle vue du monde : dans le noir, c’est la plus belle gamelle du monde : je m’endors sur le VTT mais on file qd même vers l’AT suivant. L’équipe est encore en forme mais le sommeil est primordial pour attaquer la secton suivante : 40 km de kayak. Donc dodo 1h30 après presque 32h de course. C’est bon de se glisser dans son sac au sec. Ca ronfle en deux secondes. Réveil : Lyoph chaud, pagaie, gilet et c’est parti pour la kayak sur Serre Ponçon.

Section 4 : Kayak : 40 km c’est long mais c’est bon !

Tout va bien pour nous : Fred et moi donnons le rythme que nos deux machines suivent un peu en retrait. Section bourrinage sans pb d’orientation: faut juste travailler avec les abdos. Fred s’endort au début puis retrouve la forme et on termine cette section en 7h. On me dit dans l’oreillette que le kayak derrière fait fausse pelle sur fausse pelle…Eti réveille toi, on débarque kayak terminé: va falloir orienter….on croise les Princes qui partent en kayak…ils ont dû bien galéré.

Section 5 : CO 3 km

Carte IOF jardinage en règle de 20 min sur la 1 avec Eti puis recalage et CO bouclée en 2h10 sous la chaleur !!!

On est bon pour le barrage horaire …

Section 6 : Swimrun 3 km dans l’eau chaude du lac.

Et c’est qui la couillonne qu’a pas pris sa combi … Kam Thorpe alias le dauphin nous propose une jolie brasse coulée avec pull boy …oui Messieurs Dames!!! Eti échange sa combi de triathlète vainqueur de 8 iron-man contre ma combi de swim run néoprène 8 min qui a bouffé de l’Otillo en veux tu en voilà….La section est terminée péniblement avec le vent, la houle et la pluie mais on y arrive à cet AT où nous attend Isa. Séance photos : prise de news de la family. Tout va bien, on enchaîne.

Ah oui ! c’est les deux mots de la semaine : Pas le temps de souffler : dès qu’on arrive à côté d’eux, comme on est des grosses larvasses, Eti dit : « On enchaîne ». Bon ben, on enchaîne alors…

Section 7 : Trek 30 km 2000 D+ : la pénitence

Aiguilles de Chabrières en vue 1500 m de D+ plus haut….2h pour y monter . 2h pour jardiner sur un poste et hop on est en plein milieu de la 3ème nuit. Toujours que 1h30 de dodo à notre actif. On sent l’ambiance montagne, falaises, barres rocheuses. Définition : pied de falaise sud (Espèce de …….Manopoulos, va trouver une falaise sud au milieu de 100 falaises sud et dans le noir….enfoiré va!!!)

Ca coince un peu pour l’équipe: Eti et Kam sont en mode recherche : on enchaîne qd mm les 3 postes des aiguilles non sans mal puis on fait le détour anti Patou pour rejoindre un col sous la barre rocheuse…ça passe. Re bartassage pour trouver une nouvelle falaise sud…. Cette fois ci c’est pas la même: les militaires de l’équipe de France sont avec nous, Fred est dans un autre monde (plus de parole, envie de gerber, mal de tronche, ça pue) . Les gars me disent de la mettre en sécu pendant qu’ils cherchent. Je la monte péniblement sous le col pour s’abriter du vent avec deux équipiers militaires Caro et Fab qui ne sont pas au mieux non plus. On ne joue plus à ce moment là, je pense à Valoche…elle va me tuer, si je lui ramène pas la frangine. Fred ne répond presque pas à mes mots. Je sors la couverture de survie et l’enveloppe (l’avantage qd tu fais 1m30 c’est que la couverture de survie tu peux faire un nem avec….) Fred me chuchote que ça va un peu mieux, elle mange une pompote . Je suis en mode veilleuse sur ma frontale depuis deux heures, je viens de perdre mon sac de survie qui a dévalé la falaise quand j’ai pris à bouffer pour Fred. La loose !!! on enchaîne un peu les bads trips en ce moment….Heureusement on entend un peu plus bas : elle est là!!!!C’est bon ils ont le poste: entraide avec l’équipe de France militaire et on repart de cette zone un peu hostile. Sommet, on retrouve Patrice qui nous indique un chemin de délestage pour éviter une barre rocheuse. On attaque la descente. Le chemin de croix commence pour moi: impossible de descendre même avec les batôns. Chaque pas est un calvaire : j’ai des crevasses sous les pieds, il faut descendre coûte que coûte. Fred va mieux, c’était un petit mal aigü des montagnes, la baisse d’altitude lui va mieux…. Pour moi c’est l’horreur, on enchaîne pierriers sur pierriers et je vois bien que l’équipe m’attend. Je les supplie de m’accorder 5 min en mode paillasson sur le chemin pour dormir. On repart pour le dernier poste avant la via ferrata. Décision de ne pas la faire pour gagner du temps sur le barrage horaire et surtout pour me refaire la cerise. On ne sera pas full course mais on peut encore jouer si mes pieds se réparent. 2 h de perdues sur cette descente par mes soins mais l’équipe ne m’en tient pas rigueur : c’est la force de l’équipe ça ! Elle t’aide à surmonter les difficultés et te transcende . On arrive à l’AT péniblement. Polo de Lozère a des mots qui me réchauffe : il a déjà vécu cela et me dit que c’est jouable en talquant mes pieds . Fred a déjà acheté le talc, Eti les chocolatines, je n’ai plus qu’à me soigner et manger. On zappe le roller de 8 km et la CO de 8 km pour passer le barrage horaire.

Section 10 : VTT 50 km

On repart à 13h de l’AT , les chaussures de VTT ont accepté mes pieds. Eti et Kam sont à la carte. Un gros col du Noyer à monter : laisse tendue, on arrive en haut . Il faut aller chercher un dernier poste avant le barrage horaire de la spéléo. On sort les cannes . Spéléo sympa dans de l’eau à 8 ° puis redépart en VTT pour rejoindre le dernier AT où on retrouve Isa. On a pris tous les postes sur ce VTT. On arrive vers 23 h à l’AT en ce jeudi soir. On décide de dormir 20 min pour nous, 40 min pour Fred qui a fait le VTT en mode zombie. Reste un trek raccourci à 20 km….juge de paix pour mes ieps.

Section 11 : Trek 20 km et via souterrata.

Je prends la carte car Eti a besoin de souffler un peu, Kam est toujours aussi costaud depuis lundi soir . Concentration, ça avance bien, on est dans le timing pour tout prendre alors on fonce. Passage aérien dans la barre rocheuse que Camille nous trouve fingers in the nose. Festival Minard ensuite sur l’IGN 71 et 72 avalées en 30 min avec toujours pas de boussole et d’alti pour lui , juste de la lecture et du nez (lui nous dit aussi un peu de chatte…mais on voit bien qd même depuis le début de la semaine qu’il a l’IGN montagne dans les veines ce grand steack ! ). Via souterrata superbe puis on termine ce trek de jour avec Valmo Raid en guise de partners!

Section 12 : VTT 26 km : l’autre monde

On est vendredi matin, il est 10h quand on part de l’AT pour rejoindre l’arrivée avec presque toutes les balises du raids. Faut juste rallier l’arrivée. Seulement 2h30 de sommeil en 4 nuits, je passe dans l’autre monde : celui de  » je me parle en roulant, je me regarde rouler parce que je suis double »…c’est l’horreur, je ne sais plus où on est , si on est arrivé. On pousse, j’ai halu sur halu, les descentes sont techniques : ça passe en VTT ou à côté …je ne sais plus. Il est temps d’en finir. 5H 30 plus tard on franchit la ligne après un dernier 5 min de dodo sur le sentier pour moi.

Merci les gars , Merci Fred c’était bon, c’était très bon!!! La lucidité revient avec la bière. On refait le match. On a tout donné, on s’est aimé toute cette semaine pour vivre cette aventure. Aucun regret que du plaisir…c’est ça le raid aventure : une équipe qui te porte, que tu portes.

Bilan : Que du bonheur d’avoir pu concourir sur cette première édition avec un plateau très relevé. Le résultat est plus que positif pour nous : on a profité à 100% du parcours. Merci Patrice pour ce beau tracé technique et exigeant. On participe au repas d’après course avec un gros smile, les bières coulent, on se remplit le ventre et on va au lit …enfin d’abord on monte la tente de nuit (paye ta transition !!!)

Fab a comme d’hab été la supportrice derrière l’écran. Elle m’a boosté toute la semaine pour faire avancer le petit drapeau du live tracking….Merci pour tout chérie et tu as raison, la tribu, ça aide à ne pas s’endormir……

Merci Frédo ma coéquipière de toujours, t’es un monstre de pugnacité et j’adore veiller sur toi

Merci Kam et Eti : sans vous l’aventure aurait été différente, on apprend à courir avec des nouveaux équipiers, vous êtes au top ….on enchaîne quand vous voulez…..

Raid Val de Dronne: championnat régional

Raid Val de Dronne: championnat régional

Début août se déroulait le raid val de Dronne en Dordogne : support du championnat régional raid jeunes et adultes. on y était et nos jeunes pouces de l’école ainsi que le jeune vieux coach Cédric y ont brillé. Voilà quelques retours des jeunes….

Justine :

Merci beaucoup pour cette super journée !
un paysage splendide des épreuves au top !
Sans oublier les bénévoles qui ont été au top aussi !
Merci pour cette édition du Val de Drone 2021 !

Pablo :

J’ai adoré les championnats régionaux de raid car les épreuves étaient super notamment le canoë. Je n’en avais jamais fait, cela m’a permis de découvrir et de me préparer pour les prochains raids. J’ai aimé ce raid également parce qu’il fallait se dépasser, ne pas baisser les bras pour les lever à l’arrivée.

Cette course m’a fait comprendre que l’entraînement avec les Princes Noirs m’avait fait progresser et cela m’a conforté dans l’idée de continuer le raid l’année prochaine.

Allan

J’étais dans l’une des deux équipes minimes Princes Noirs présentes lors de ces championnats régionaux à Douchapt (24).  J’ étais en duo avec Emile et on a terminé 1er sur 3 ou 4 mais bon le principal, c’était que nous avons réussi à décrocher le titre de champion régional 🏆.

Le raid était moins dur physiquement que le raid France mais il y a eu  une CO photo plutôt difficile et une partie à canoë, à contre courant, où nous avons un peu galéré mais de manière générale nous n’avons pas rencontré de gros soucis.

Super content de ce titre qui concrétise l’année.

Hâte d’être au prochain raid 😄.

Axel :

Balise 57…
J’ ai passé une super journée avec les princes noirs en Dordogne pour ce championnat régional. C’ était notre première course ensemble, Yann et moi, mais ça n’ a pas du tout été un problème, de mon côté en tout cas. Avant de partir, j’ avais bien évidemment fais la réserve de justin Bridou (indispensable nourriture du raideur), pour en prendre avant et après la course. Avec Yann on a donc pris nos maillots et numéros de concurrents avant le départ. Sur ce départ, on va se placer aux avant postes sur la ligne, et rester avec le groupe de tête jusqu’à la CO photo, plutôt laborieuse mais on sort de celle ci, pas très loin derrière Emile et Allan qui nous devancent légèrement. Nous prenons donc les vtt une deuxieme fois avant de s’ élancer sur le canoë, sur lequel nous allons reprendre 8 minutes à Emile et Allan. Puis viens l’ heure de la 2eme CO (memo)… On est alors en bonne position, 2eme des minimes. Le problème à ce moment c’est qu’on ne regardait pas la carte ensemble, donc on part sur les balises en cherchant tout d abord les 3 premières mais nous sommes partis sur du hors carte… Après avoir bipé toutes les autres balises il nous en manquait 2, et nous avons perdu 30 minutes sur celles-ci… On est donc reparti en trail ou nous avons regagné des places mais Emile et Allan étaient déjà trop loin pour les rattraper. Sur la dernière CO, on a était assez rapide, Yann était en meilleur état que moi a ce moment là d’ ailleurs 🙂 Et voila la fin du raid, des justin bridou et du coca à l arrivée et c’ est reparti (faux bien sûr) 

Championnat de France Raid Jeunes

Championnat de France Raid Jeunes

Ils étaient 10 à représenter les Princes Noirs pour ce championnat de France Raid jeunes dans l’Ain ce we. Bastien, Emile, Allan, Ewen, Corentin, Yann, Piel, nino, Axel et Martin reviennent avec quelques souvenirs…

Axel :

J’attendais ce week-end depuis longtemps, car c’était mon premier raid en compétition. J’ai vraiment adoré l’ambiance, l’état d’esprit…et puis la course nous a fait découvrir des paysages magnifiques ! J’ai bien aimé le camping entre tous les Princes Noirs, ça m’a permis de découvrir des techniques de raideurs, avec les anecdotes… Maintenant que le raid est passé, ma seule envie est d’en refaire un.

Martin :

J’ai adoré ce championnat de France car la course nous a permis non seulement de nous dépasser Axel et moi mais aussi de découvrir le village de Nantua et ses magnifiques paysages.
Et il n’y a pas que la course! Top ambiance décontractée et super moments au camping.
Un grand merci aux accompagnateurs  et à nos coachs qui nous ont fait vivre une aventure extraordinaire.

Allan :

Le samedi : On a commencé par une marche d’approche d’une vingtaine de minutes qui nous

a bien échauffé. Arrivé en haut le grand départ pour ces championnats de France 2021 ; on

commence par une épreuve surprise de BUCHERONNAGE !! C’était trop cool puis on enchaîne avec

un trail qui commence par une jolie montée puis qui se termine par une descente plutôt technique.

On enchaîne avec la CO urbaine, entre la balise n°2 et n°3 passage obligatoire dans la rivière bien

froide qui passait sous un immeuble ; la CO se passe très bien sans soucis d’orientation. Puis vient le

moment qu’on redoutait (avec Emile) le ROLLER. Sur cette section on perd beaucoup de temps mais

bon pas de chute c’est l’essentiel. Apres une pause pour attendre les gilets et les canoës, on

entame le kayak/natation qui commence pas très bien puisqu’on retourne le canoë mais bon tout

rentre dans l’ordre et on arrive au biathlon laser où nous n’avons pas été d’excellents tireurs …Puis

place à la douche et à la récup pour la grosse journée de demain.

Le dimanche : Départ du lac Génin, on commence avec un tour de lac à pied puis on continue

avec un VTT balisé qui n’était pas trop technique malgré quelques endroits faits à pied à coté du vélo.

Puis on enchaîne avec le VTT’O suivi d’itinéraires, sur cette section aucun vrai problème d’orientation

mais un terrain ultra glissant et très très gras (quand la boue monte jusqu’à un tiers de la roue ça

commence à faire …). On arrive sur une CO vue satellite qui se passe plutôt bien avec une magnifique

vue sur un lac (entre la balise n°5 et n°6) ; on sort de la CO plutôt contents de nous. Puis un nouveau

VTT balisé très exigeant et très technique avec quelques cascades mais pas de casse heureusement.

On en termine avec le VTT pour la journée avec 4-5 minutes de perdues et avec beaucoup de jus laissé

pour ma part puis on en entame un trail balisé avec un énorme mur; là je sens que je suis fatigué et je

 demande à Emile de me tracter mais manque de lucidité, je n’arrive pas à accrocher le mousqueton

qui fait que sauter : bon pas grave mais là je sais que je vais en ch*** et là, Emile me sort des Justin

Bridou qui me rebooste d’énergie à bloc, on termine le trail avec un bon temps. On continue avec

une CO ordre libre où nous perdons 7-8 minutes puis on enchaine avec le trail-rappel ; on arrive au

rappel où on se repose puis quand il ne restait que quelques équipes devant nous, on nous annonce que 1

membre de chaque équipe fait le rappel. On se concerte un peu et Emile reste pour le faire car je

n’étais pas très chaud pour le faire et je pars avec Piel (qui lui et Yann nous avaient rejoint entre

temps) à la fin du rappel pour attendre nos coéquipiers puis au bout de 10-15 minutes : nouvelle info –

le rappel est annulé pour tout le monde. Emile me rejoint et on repart pour un trail de

4km avec 350m de d-. On arrive en bas au canoë et on avait froid, on attend que les gilets et canoës

reviennent pour partir en Canoë’O puis on part au bout de 5minutes d’attente. Sur cette section on

savait que ça allait être dur car c’était la fin du raid et qu’en plus on n’est pas super fort mais bon on s’en

sort. Puis on arrive sur la fin du canoë et là on bippe le boitier d’arrivée et c’est  bon on a terminé les

championnats de France de raid !

PS : Un immense merci à tous les parents accompagnateurs plus particulièrement à Cédric et Julien pour ce week-end mais surtout pour cette année de fou.

Ewen:

J’étais dans l’une des équipes cadets hommes avec Nino et nous finissons
13ème sur une vingtaine d’équipes de cette catégorie. Ce raid est pour
l’instant un des plus difficiles que j’ai fait à cause du relief
montagneux, des conditions météorologiques pour le moins « humides » et
des barrages horaires très serrés. Je suis pourtant satisfait de notre
place car nous avons un rythme d’entrainement nettement inférieur aux
autres équipes du top 10.

Ce qui m’a marqué dans ce raid est la volonté des organisateurs de nous
faire passer dans l’eau. Il y avait lors du prologue un passage
obligatoire dans un petit canal couvert où l’on finissait à 4 pattes
dans de l’eau glacée, puis une épreuve canoë/natation. Lors de la
seconde partie du raid (le dimanche) les cadets ont eu une épreuve de
spéléologie où la aussi il fallait s’accroupir dans l’eau à 12°C pour
aller cherche la balise au fond de la grotte ce qui n’était pas agréable
du tout sur le moment.

Cependant, après quelques jours de repos je trouve ça plutôt drôle
qu’ils aient eu cette idée. Ce n’est pas sur tous les raids qu’il y a de
la spéléo !

Ewen, 17 ans

Emile:

L’ambiance de l’équipe était très bonne : nous étions très motivés avec mon coéquipier Allan.

Nous nous sommes amusés durant les 2 jours de raid car les épreuves étaient très variées.

Je n’ai pas trop aimé l’épreuve surprise du bucheronnage : la spécialité de la région mais elle était hors temps et n’avait donc pas d’incidence sur le temps final du prologue, mais j’ai apprécié les parcours plutôt vallonnés et engagés.

Le point fort de mon équipier était le vtt et le point faible était le roller.

Mon point fort est la course d’orientation et mon point faible le roller.

Ce qui nous a un peu pénalisés est donc la section roller sur laquelle on a perdu pas mal de temps par rapport aux autres équipes.

Anecdote :

Nous ne voulions pas faire le rappel et par chance, la section a été annulée juste devant nous pour cause de mauvais temps…

XTTRAID VAL D ALLIER

XTTRAID VAL D ALLIER

Deux Princes au départ du Raid XTTR Val d’Allier dans le Puy de Dôme au sud de Clermont: que c’est bon de remettre un dossard!!! Et pour cela rien de tel qu’une nouvelle équipe: Christophe et Julien.

Petit coup de fil il y a 3 semaines pour demander à Cris ce qu’il fait le samedi 12 juin…Rien!, « ok mec ! un 8h à chasser de la balise dans les contreforts auvergnats ça te dit? » Banco »

Et c’est parti pour notre première aventure ensemble, on se connaît peu mais l’envie est là alors on fonce.

Le programme est simple : des balises obligatoires qui rapportent 100 points en VTT et Trail O, d’autres qui valent 10 points sur les CO et des bonus en VTT et CO à 1,2 ou 3 points. Objectif : ramener un max de points en 8h et pas une minute de plus sinon tu perds un point par minute…

Au briefing d’avant course Steeve nous annonce 7h50 sans les transitions pour tout faire…ça va être chaud. En vieux routiers (enfin moi, parce que le Christophe son dernier raid officiel c’était il y a 20 ans…) on a déjà établi notre stratégie: on prend tous les bonus au début et on voit en milieu de raid nos estimations de temps.

La veille chez Isa, notre assistante favorite sur les raids à étapes, on sentait bien qu’il allait faire chaud et que jouer devant serait peut être difficile au vu du plateau.(et oui 1 an sans dossard: tous les morts de faim du raid veulent en découdre!)

On part sur un relais 2*2 km pour se mettre en jambe: j’enquille le premier relais avec départ toutes les 30 s : on a l’équipe NICOLO juste derrière alias 400 team….prémonitoire???Je file le doigt à Christophe pour son relais et je récupère le jeu de cartes de la journée: What the Fu..: il y a de la ligne de niveaux sur le bordel là!!!Je trace rapidement le premier VTT de 6 km en prenant soin d’aller chercher les 3 points de bonus. Mon équipier arrive rapidement et c’est parti pour la balade. Aucun pb d’orientation avec un choix judicieux sur le premier poste pour s’éviter une patate en fin de section. On retrouve ISA dans un village fortifié pour la CO : il y a beaucoup de VTT sur le parc: les équipes doivent jouer la sécurité en début de course. On a déjà 20 min de retard sur nos estimations alors on lâche 1 point sur les 3 bonus de la CO (Faudra s’en rappeler de celui là…)On enchaîne avec un VTT road book de 9.5 km sans difficulté: mon coéquipier est en forme et ça roule vite et groupé avec Arverne Outdoor.

2ème Co dans un village : on ramasse tout rapidement et choix à faire sur la section suivante : VTT balisé de 2 ou 5 km avec un bonus de 3 points à prendre. Toutes les équipes avec nous partent sur le 2 km en lâchant le bonus. Petits regards échangés et hop on s’enquille le portage sur le bonus : prendre 4 fois à gauche et vous tombez sur la balise avant d’attaquer la descente technique!!Fastoche: 1,2 3et 4 à gauche mais pas de balise..on revient au carrefour précédent et on s’engage dans la descente technique : ouf! à 100 m la balise est là : bip et à donf dans la descente!

On arrive à la CO mémo de 7 balises à prendre: il fait chaud, très chaud et on est presque à sec : on a toujours 30 min de retard sur nos estimations . On recharge les kamels et c’est reparti sur le mémo : une petite boulette qui nous fait perdre 3 minutes mais rien de grave.

On boit tout ce qu’on peut boire: coca , eau st yorre, tout y passe, les organismes sont en surchauffe mais l’équipe est toujours homogène et on avance bien. Sur le gros VTT on décide de laisser les 9 points de bonus pour reprendre du temps et finir le raid avec moins de pression. Christophe goûte au joie du portage VTT sur deux Puy pour trouver les deux premières balises, les descentes derrière sont bien sympas. C’est bon on touche bientôt l’Allier, on va pouvoir tremper nos fesses dans le kayak. 2 petits kms et on débarque sur une île avec un trail O 100% bonus: on décide de s’arrêter 20 min max pour faire un aller retour bartassage pour prendre 1 point et c’est reparti en kayak pour 9.5 km . On pagaie bien en rythme et ça avance plutôt vite, les rapides sont passés de main de maître par mon gondolier.

Dernière section de 10 km de trail O avec 5 obligatoires et 7 points de bonus. Il va piquer celui là . Rapide coup d’oeil sur la carte et on fonce cherche l’obligatoire la plus loin, il nous reste 1h30 pour faire le trail. Gros rentrant à trouver pour une grosse montée jusqu’à la balise : on pose les mains on glisse mais ça avance: Christophe bipe depuis le début de la journée tous les postes et il semble encore en forme le bougre! Choix à faire pour aller au poste suivant: je décide de revenir sur nos pas car on a vu le premier rentrant qui nous amène à la suivante : on se retape un peu plus de déniv qu’en faisant le tour mais c’est beaucoup moins long…Une équipe de gros coureurs nous emboîtent le pas dans ce deuxième rentrant…on monte bien haut puis une fois qu’ils arrivent à notre hauteur : petit coup d’hésitation . L’un des deux cherche les deux rochers…Je leur demande où ils vont ? Réponse immédiate à la balise 1 . Tac o Tac : euh les gars vous y êtes pas là …on arrive à la 5…Gros moment de doute pour eux quand ils voient la grosse boulette qu’ils viennent de faire…On sourit avec Christophe car on avait bien compris qu’ils démarraient le trail…100 points de perdu pour eux sur le coup car il est trop tard pour faire marche arrière.

On finit le trail en prenant un dernier point de bonus après 7h40 d’efforts et 65 km au compteur et 1700 D+.

Repas direct suite au vidage du doigt: frites st Nectaire la base quand tu es dans le 63!!!

On redescend en navette chercher notre voiture et les VTT au départ Kayak puis après une douche express dans l’Allier on remonte sur le village d’arrivée.

Les classements tombent : 3ème puis non en fait 4ème après rectificatif de la GEC Woman…à 1 point du podium!!!

Aucun regret que du positif sur cette journée :

-un nouveau copain pour jouer alias Christophe (point fort : costaud du début jusqu’à la fin, autonome, multitâche; point faible : il n’aime pas le st nectaire….(tant mieux pour moi…)

-une stratégie payante avec une bonne gestion de la chaleur (ça en a marqué plus d’un il semblerait)

-retrouver les copains du raid : c’est quand même très bon : merci Isa pour l’accueil le vendredi soir

Vivement le prochain