Raid Gallaecia : Championnat du Monde de Raid…un prince noir chez Valmoraid

Raid Gallaecia : Championnat du Monde de Raid…un prince noir chez Valmoraid

Il y a des occaz à ne pas manquer alors quand en juillet tu vois passer un message sur raideurs de France t’indiquant que les deux Nico de Valmoraid cherche un gars et une nana pour partir en Galice en octobre et bien tu fonces…

Après quelques discussions cet été et une revue d’effectif lors de Sud Raid (chacun pour sa peau on fait équipe que dans 1 mois donc si on peut se mettre une bonne branlée pour montrer les biceps avant la Galice c’est bien) A ce jeu c’est Alaïs qui gagne en arrivant devant les deux Nico et ma pomme juste derrière. Mais au moins on sait que l’on a globalement le même niveau et on arrivera aussi fatigué pour nos premiers championnats du monde (là je parle pour les garçons car la miss a déjà un ARWC au compteur…)

Descendus du Chnord mardi et repas d’équipe enfin le soir, nous partons tranquilles le mercredi pour La Corogne. Papotage stratégie de course, matos bouffe sur le trajet. Les blagues fusent on ne devrait pas s’ennuyer….

Après deux jours de matossage, une parade dans la ville et la présentation des équipes on nous libère enfin samedi midi à Monforte de Lemos pour un petit trek de 122km qui en fait 133…

Ouch le chantier, on part pour 30 bornes on the road alternant course sur le plat et descente et marche rapide en montée. Au bout de deux heures Alaïs se plaint du genou…Warrior comme elle est on l’écoute mais on sait qu’elle a du répondant. La nuit tombe et on prend un énorme orage sur les crêtes, on est trempé jusqu’aux os le calbute plein d’eau, ça a traversé le poncho, la gore tex et tout le matos obligatoire. On trouve heureusement un feu dans un hangar qu’une équipe espagnole attise. Ni une ni deux, on se désape pour tout faire sécher et on se glisse dans nos bivys pour dormir 1h30. Pas prévu au programme mais tellement réchauffant à ce moment là. On repart sec et heureux d’attaquer la deuxième journée pour finir ce chantier. La chaleur retrouvée dans la journée et les copains de Sud Raid nous font du bien malgré les soucis mécaniques aux chevilles pour les deux Nico et aux genoux chevilles pour Alaïs. Je les aide au max pour les soulager sachant que cette épreuve est sur le papier la plus dure pour nous. l’équipe est concentrée, on ne parle pas trop mais on sent que chacun veille sur l’autre. La nuit arrive , un dernier Cp dans les falaises et on file en claudiquant vers l’AT 1 après 34h de course : bilan on est touché mais pas coulé…

Transition rapide : montage de VTT dodo 1h dans un dojo où on se pèle et on repart. objectif barrage horaire de 16h lundi.

VTT 80 km : on part à minuit pour une tyro pour Alaïs et moi et une descente VTT pour les deux Nico. Puis regroupement d’équipes et c’est parti pour un VTT profil descendant. On roule régulier sans erreur et on matraque ce VTT en 11h au lieu de 12.

Transition pas express pour moi qui accuse le coup devant ma caisse VTT. Je mets 5 min à émerger mais mes coéquipiers sont là pour m’aider. On se prépare pour le kayak de 90 km.

La miss monte devant, on décide d’attacher les kayaks d’entrée après les rapides. Ca glisse bien, on rattrape Sud raid et Adéorun devant nous. On discute un peu, ça chante et on essaie de rester concentré sur le taf à faire. Pagayer pagayer pagayer. On commence à sentir que l’équipe tourne bien, les transitions sont fluides et la perte de temps minimisée. Une vague impression que ça fait 10 ans qu’on tourne ensemble sur le circuit arws….c’est bon ces sensations. Le regard du sniper de Nico alias cochon commence à poindre. Alaïs a oublié son mal aux guiboles et Nico envoie du lourd en kayak. Fin de la première partie: portage 12 km. On trouve un pont pour dormir au sec 2 heures. Duvet bivy et ronflement sont au programme. On reprend le portage: je gueule sur cochon qui s’endort toutes les 2 secondes en tractant le kayak : une bête cet homme là. Le manège dure une bonne heure avec 3 personnes 1/2 . Ca avance quand même sous la pluie. on réembarque sur la rivière dans la nuit pour finir ces 90 km de kayak. Le rapide by night non référencé sur la carte nous fait serrer les fesses…C’est au tour de Nico de s’endormir, on attache les kayaks et on pagaie à 2 pendant qu’au milieu ça ronfle et tangue. Nico prend des coups de pagaies à chaque fois qu’il penche trop à droite ….Dernier petit portage puis derniers rapides avant d’atteindre l’AT en milieu d’aprem. Bilan 21h avec 2 h de dodo inclus au lieu de 22h prévu. Perfect !!!

Transition rapide : montage des VTT, Lyoph mangés au soleil. L’At grouille de monde…on dirait qu’on revient dans le game. On reste sur notre principe: on fait notre course et pas la course. Objectif : Barrage horaire de fin de VTT

VTT 220 km: départ 15h .

On décide de rouler fort après un faux départ pour cause de chasuble oublié par …. qui nous doit une cerveza… les kms défilent, Nico alias gps man enchaîne les cartes les unes après les autres. La nuit tombe on retrouve Aérolia avec qui on fait un bout de chemin. Le brouillard tombe sur les crêtes, festival du Nico qui trouve les passages sans encombre alors qu’on y voit pas à 2m. Minuit arrive. c’est l’heure de dormir. Alaïs et Nico ont commandé une grange avec paille pour dormir au sec. Petit village traversé, on s’enquille dedans avec cochon qui sent le coup. Bingo on la trouve: un hôtel 5 * avec paille à volonté.

2h de dodo hyper réparateur. On se lève frais comme des gardons. On repart en roulant fort: c’est bon ça. Petit matin, lueur du jour un enc….de frelon me pique la main. Moment de stress pour moi après ma visite l’été dernier aux urgences pour 4 piqûres de guêpes. Réaction instantanée les boutons apparaissent, ça gratte mais les lèvres restent normales. L’anti histaminique fait effet. Pendant une heure on roule tranquille et je me contorsionne sur la selle pour me gratter. La main est bien grosse mais ça va le faire. Lugo : CO photo avec méga sandwich .

On enquille cela vite fait bien fait . Petit café noir en terrasse dans l’unique but de squatter les toilettes du resto. On repart pour finir ce gros VTT et manger la 2ème barrière horaire: signe que la full course est jouable. Stop de 10 min sur la place de Lugo et à fond les ballons pendant 5h où on ne fait aucun arrêt. l’équipe est ultra homogène : Alaïs roule fort, Nico oriente easy, Cochon met du rythme, et je garde un oeil sur la vitesse de progression, les calculs de temps….ça sent bon!! La fin du VTT est un peu plus laborieuse avec une descente de nuit dans de la caillasse et des ornières et notre Nico nous a fait un petit coup de mal au bide mais les tuc ont eu raison de son estomac. Arrivée à l’At: Béa d’endorphinmag est là et que c’est bon de la voir…elle aura rythmé nos transitions…on sait que la famille et les potes sont derrière l’ordi alors l’émotion est bien présente. On ne triche pas avec les émotions…Bilan : 29h avec 2 h de dodo pour 30 h prévues

Transition : rapide, démontage des VTT, lyoph et dodo 2 h à l’AT

Trek 65 km

On part vers minuit pour ce trek juge de paix pour nos douleurs mécaniques: ça va tenir ou non?

On commence par un paddle minuscule puis une traversée de rivières où on retrouve 4 équipes : des espagnols à poil, des polonais en slip frigorifiés. Personne ne trouve le passage , le courant est trop fort. Regard de chacal de cochon et Nico, on remonte la rive sur 100 m: coup de lampe: ça doit passer. On se désappe, bras dessus bras dessous 10 min plus tard on est sur l’autre rive, rhabillé et pieds secs…les autres équipes nous voient filer alors qu’ils bataillent depuis 1h sur ce guêt….trop bon. On rigole de notre coup . La montée le long des éoliennes est longue et un peu ennuyeuse mais au moins il ne fait pas trop chaud. Les descentes sur la route nous pètent les pieds mais on s’accroche. On décide de marcher fort pour passer le bon timing de la marée le soir. La journée est longue mais on y arrive : chacun donnant le meilleur de lui même pour l’équipe. Alaïs serre les dents, les deux Nico ont la gnack malgré la douleur. Le chemin le long de la rivière est magnifique et on rejoint l’At après une dernière pose nok talc! Bilan : 19h au lieu de 20h : parfait

Transition rapide pour Alaïs : pas top pour les vieux

On enchaîne avec le kayak pour avoir la marée descendante et pour laisser les autres équipes derrière nous à 6 h . Tiens on ne fait plus notre course mais la course…C’est le jeu ma petite lucette!!!partir en kayak de nuit et affronter la mer et ses paquebots. Mais non Alaïs t’inquiète y’a rien de tout ça, ils ont dit pas de vague à l’embouchure…

On descend vite la rivière en se posant certaines fois sur les bancs de sable. On passe un pont puis l’autre et on arrive en mer calme….Tout droit direct à la pointe comme l’indique le road book. Soudain un bruit de rouleau puis une masse d’eau blanche nous arrive dessus: 22h l’heure du combat arrive. On prend 3 grosses vagues dans la face. Je crie sur mes coéquipiers pour être bien perpendiculaires aux vagues. Nos kayaks volent, ça crie, ça pleure mais ça passe. Put…chaud…suis énervé contre l’orga, les 2 conos à côté de moi sont morts de rire et ma Alaïs ne sait plus si elle doit pleurer de joie ou de peur… on finit dans la vase pour atteindre l’AT , on se jette dans les bras les uns les autres. Put…on va le faire. Les larmes coulent mais secrètement parce qu’on doit finir le taf!

On dort à l’AT 3 heures et on part pour finir ce championnat du monde, libéré des autres équipes qui sont bloqués par la marée.

Trek 32 km coastering

La nuit tarde à finir, je m’endors derrière Alaïs : ma coéquipière de choc. Je marche en dormant à la laisse derrière elle. Les deux Nico sont dans la carte une énième fois et nous font progresser sans problème. Le jour se lève, le dernier avec 24 h d’avance sur la fin du raid, on savoure mais on s’ennuie car on veut arriver. Les pieds sont maintenant hs pour tout le monde. Pose talc, pose nok pose talc. On rentre vers 11h dans la Corogne mais il faut faire le tour de la ville pour rejoindre la méta!!!!C’est long sans fin, on essaie de relancer mais c’est dur, impossible. On maudit Pablo pour son tracé !!!Et enfin elle arrive Béa et la ligne d’arrivée. On ne s’est rien dit avant, on la franchit et nos regards se croisent….L’émotion est réelle, les larmes glissent sur nos joues sales, on s’embrasse. On était 4 raideurs expérimentés en début de semaine qui ne se connaissaient pas, on est maintenant une équipe, une putain d’équipe. C’est juste magique.

Remise de médailles, bière et dodo sur les canapés de l’orga, on refait la course remplie d’endorphines…

Merci Cochon alias Paul le poulpe d’avoir mis ce message en juillet sur raideurs de France, on n’a pas mis longtemps à se comprendre, sans forcément se parler mais avec la même soif d’y arriver et toujours avancer, avancer et rester positif parce que l’on a de la chance d’être là.

Merci Nico pour ton orientation, ta sécurité, tes choix, t’as été costaud dans la douleur, dans le mental (il en fallait), merci pour tes blagues, tes chansons.

Merci Alaïs pour ta hargne , ta bonne humeur, ton sourire, tes larmes et ton extrême envie de finir ce put…de chantier. Fallait oser tu l’as fait et t’as tout d’une très grande: l’expérience, la jeunesse, la fougue.

Merci Fabienne derrière ton ordi, tes milliers de messages de soutien avec Séverine, Lilian et Caro. Vous nous avez portés pour y arriver. On vous aime!!!!

Merci Béa : sans toi l’aventure est difficilement compréhensible pour nos proches, ta présence nous réchauffe….

ps : je redeviens un Valmo quand vous voulez les zamis…..

Sud Raid Adventure Race

Sud Raid Adventure Race

Deux ans sans Adventure race, c’est très long…. 1 semaine pour constituer une équipe, c’est très court ! Surtout quand deux de tes coéquipiers mettent le clignotant pour covid…Branle bas de combat, il faut trouver deux keums, deux nanas, un couple pour nous accompagner avec Fred sur cette aventure montagne de 96 h non stop.

Heureusement la communauté raid, ça marche à donf et on part avec Eti et Kam, raideurs expérimentés de la région toulousaine. On récupère nos deux partners sur Toulouse samedi et hop : 6h pour faire connaissance.

Petit resto d’acclimatation le samedi soir, ça papote tranquillou stratégie et habitude de course. On semble sur les mêmes longueurs d’ondes : ne pas se prendre la tête avec les sacs et leurs kgs imposés, profiter à fond de cette semaine de vacances made in 05 avec cette équipe inédite, tout faire pour jouer full course donc ne pas trop s’écouter question sommeil et surtout prendre du plaisir et garder le smile. L’avantage quand tu te connais pas avant c’est que chacun va mettre ses compétences à 200% pour l’équipe sans trop réfléchir….Le prologue va nous confirmer cela….Eti a la carte (sans boussole svp), Kam lui récupère le doigt après deux postes et décide de choper tous les koms en montée de la ville de Veynes….Fred et moi, on respire à fond, on sourit et on transpire : le bordel va durer 4 jours et 4 nuits….à cette vitesse là, on ne va pas s’ennuyer ! Fin du prologue : milieu de peloton : on partira donc demain avec 3 min de retard sur les premiers et 3 min d’avance sur les derniers, autant dire rien du tout…

20h03 lundi : Pam! coup de feu en roller pour 13 bornes avec 300d+….une balade pour la miss Fred, une révélation pour Eti qui survole l’asphalte, une pénitence pour Kam qui adore ce machin à 4 roues…Je l’aide un peu pour faire passer la pilule…(quelque chose me dit qu’il me le rendra bientôt et au centuple….) transition express : je pose mes rollers, je mets mes baskets et hop 2ème section.

Section 2 Trek 30 km :

La nuit est tombée et on attaque le trek par les croupes…j’aime bien les croupes, c’est moins roulant que les GR mais c’est plus rapide et plus court…balise 1 check, balise 2 check après un premier bartassage de 30 min et une rencontre avec les Princes Noirs qui nous regardent songeurs derrière les laisses de nos coéquipiers. Et oui Kam et Eti ont un peu plus de D+ et de bornes que les deux vieux de l’équipe et ils n’hésitent pas à nous tracter dans les montées pour maintenir un rythme soutenu. Le deal : on tracte en montée et on court en descente…ça passera plus vite comme cela. Balise 3 un rentrant : ça jardine pas mal dans le secteur quand on y arrive : Kam nous met à la bonne alti, on sort du blanc de la carte et on fait tous les rentrants du coin….Bingo en 20 min le poste est in the pocket. On s’arrache vite fait, bien fait. Poste 4 inter ruisseau-chemin : facile ça !!!et ben quand tu te trompes de ruisseau et que celui ci se transforme en canyon et que tu peux plus en sortir et ben tu galères ta race…2h de perdues dans le truc que l’on reprend à rebrousse poil, une fois le canyon terminé (paye tes 300 D+ pour revenir en haut) Le jour se lève, on est bien et on file vers la fin de ce trek avec la via de Ceüse et son rappel de 80 m. Tout va bien, on descend en courant jusqu’à l’AT en 15ème position…gros dégâts ce trek qu’on aura bouclé en 14h-15h.

Section 3 VTT 75 km 2500 D+

On remonte les VTT rapidos (petit pb de machoires fermées sur l’étrier d’Etienne mais rien de grave) . Je prends la suite en orientation avec Kam. les KMs défilent, la laisse est tendue en montée…sont costauds les djeun’s qu’elle me dit la Fred tout sourire derrière Kam. La nuit est tombée : on a réparé deux crevaisons sur le vélo de Kam et une valve récalcitrante de Fred, et on a aussi squizzé l’orage qui tournait autour de nous…dommage pour les copains derrière. Dernier poste : plus belle vue du monde : dans le noir, c’est la plus belle gamelle du monde : je m’endors sur le VTT mais on file qd même vers l’AT suivant. L’équipe est encore en forme mais le sommeil est primordial pour attaquer la secton suivante : 40 km de kayak. Donc dodo 1h30 après presque 32h de course. C’est bon de se glisser dans son sac au sec. Ca ronfle en deux secondes. Réveil : Lyoph chaud, pagaie, gilet et c’est parti pour la kayak sur Serre Ponçon.

Section 4 : Kayak : 40 km c’est long mais c’est bon !

Tout va bien pour nous : Fred et moi donnons le rythme que nos deux machines suivent un peu en retrait. Section bourrinage sans pb d’orientation: faut juste travailler avec les abdos. Fred s’endort au début puis retrouve la forme et on termine cette section en 7h. On me dit dans l’oreillette que le kayak derrière fait fausse pelle sur fausse pelle…Eti réveille toi, on débarque kayak terminé: va falloir orienter….on croise les Princes qui partent en kayak…ils ont dû bien galéré.

Section 5 : CO 3 km

Carte IOF jardinage en règle de 20 min sur la 1 avec Eti puis recalage et CO bouclée en 2h10 sous la chaleur !!!

On est bon pour le barrage horaire …

Section 6 : Swimrun 3 km dans l’eau chaude du lac.

Et c’est qui la couillonne qu’a pas pris sa combi … Kam Thorpe alias le dauphin nous propose une jolie brasse coulée avec pull boy …oui Messieurs Dames!!! Eti échange sa combi de triathlète vainqueur de 8 iron-man contre ma combi de swim run néoprène 8 min qui a bouffé de l’Otillo en veux tu en voilà….La section est terminée péniblement avec le vent, la houle et la pluie mais on y arrive à cet AT où nous attend Isa. Séance photos : prise de news de la family. Tout va bien, on enchaîne.

Ah oui ! c’est les deux mots de la semaine : Pas le temps de souffler : dès qu’on arrive à côté d’eux, comme on est des grosses larvasses, Eti dit : « On enchaîne ». Bon ben, on enchaîne alors…

Section 7 : Trek 30 km 2000 D+ : la pénitence

Aiguilles de Chabrières en vue 1500 m de D+ plus haut….2h pour y monter . 2h pour jardiner sur un poste et hop on est en plein milieu de la 3ème nuit. Toujours que 1h30 de dodo à notre actif. On sent l’ambiance montagne, falaises, barres rocheuses. Définition : pied de falaise sud (Espèce de …….Manopoulos, va trouver une falaise sud au milieu de 100 falaises sud et dans le noir….enfoiré va!!!)

Ca coince un peu pour l’équipe: Eti et Kam sont en mode recherche : on enchaîne qd mm les 3 postes des aiguilles non sans mal puis on fait le détour anti Patou pour rejoindre un col sous la barre rocheuse…ça passe. Re bartassage pour trouver une nouvelle falaise sud…. Cette fois ci c’est pas la même: les militaires de l’équipe de France sont avec nous, Fred est dans un autre monde (plus de parole, envie de gerber, mal de tronche, ça pue) . Les gars me disent de la mettre en sécu pendant qu’ils cherchent. Je la monte péniblement sous le col pour s’abriter du vent avec deux équipiers militaires Caro et Fab qui ne sont pas au mieux non plus. On ne joue plus à ce moment là, je pense à Valoche…elle va me tuer, si je lui ramène pas la frangine. Fred ne répond presque pas à mes mots. Je sors la couverture de survie et l’enveloppe (l’avantage qd tu fais 1m30 c’est que la couverture de survie tu peux faire un nem avec….) Fred me chuchote que ça va un peu mieux, elle mange une pompote . Je suis en mode veilleuse sur ma frontale depuis deux heures, je viens de perdre mon sac de survie qui a dévalé la falaise quand j’ai pris à bouffer pour Fred. La loose !!! on enchaîne un peu les bads trips en ce moment….Heureusement on entend un peu plus bas : elle est là!!!!C’est bon ils ont le poste: entraide avec l’équipe de France militaire et on repart de cette zone un peu hostile. Sommet, on retrouve Patrice qui nous indique un chemin de délestage pour éviter une barre rocheuse. On attaque la descente. Le chemin de croix commence pour moi: impossible de descendre même avec les batôns. Chaque pas est un calvaire : j’ai des crevasses sous les pieds, il faut descendre coûte que coûte. Fred va mieux, c’était un petit mal aigü des montagnes, la baisse d’altitude lui va mieux…. Pour moi c’est l’horreur, on enchaîne pierriers sur pierriers et je vois bien que l’équipe m’attend. Je les supplie de m’accorder 5 min en mode paillasson sur le chemin pour dormir. On repart pour le dernier poste avant la via ferrata. Décision de ne pas la faire pour gagner du temps sur le barrage horaire et surtout pour me refaire la cerise. On ne sera pas full course mais on peut encore jouer si mes pieds se réparent. 2 h de perdues sur cette descente par mes soins mais l’équipe ne m’en tient pas rigueur : c’est la force de l’équipe ça ! Elle t’aide à surmonter les difficultés et te transcende . On arrive à l’AT péniblement. Polo de Lozère a des mots qui me réchauffe : il a déjà vécu cela et me dit que c’est jouable en talquant mes pieds . Fred a déjà acheté le talc, Eti les chocolatines, je n’ai plus qu’à me soigner et manger. On zappe le roller de 8 km et la CO de 8 km pour passer le barrage horaire.

Section 10 : VTT 50 km

On repart à 13h de l’AT , les chaussures de VTT ont accepté mes pieds. Eti et Kam sont à la carte. Un gros col du Noyer à monter : laisse tendue, on arrive en haut . Il faut aller chercher un dernier poste avant le barrage horaire de la spéléo. On sort les cannes . Spéléo sympa dans de l’eau à 8 ° puis redépart en VTT pour rejoindre le dernier AT où on retrouve Isa. On a pris tous les postes sur ce VTT. On arrive vers 23 h à l’AT en ce jeudi soir. On décide de dormir 20 min pour nous, 40 min pour Fred qui a fait le VTT en mode zombie. Reste un trek raccourci à 20 km….juge de paix pour mes ieps.

Section 11 : Trek 20 km et via souterrata.

Je prends la carte car Eti a besoin de souffler un peu, Kam est toujours aussi costaud depuis lundi soir . Concentration, ça avance bien, on est dans le timing pour tout prendre alors on fonce. Passage aérien dans la barre rocheuse que Camille nous trouve fingers in the nose. Festival Minard ensuite sur l’IGN 71 et 72 avalées en 30 min avec toujours pas de boussole et d’alti pour lui , juste de la lecture et du nez (lui nous dit aussi un peu de chatte…mais on voit bien qd même depuis le début de la semaine qu’il a l’IGN montagne dans les veines ce grand steack ! ). Via souterrata superbe puis on termine ce trek de jour avec Valmo Raid en guise de partners!

Section 12 : VTT 26 km : l’autre monde

On est vendredi matin, il est 10h quand on part de l’AT pour rejoindre l’arrivée avec presque toutes les balises du raids. Faut juste rallier l’arrivée. Seulement 2h30 de sommeil en 4 nuits, je passe dans l’autre monde : celui de  » je me parle en roulant, je me regarde rouler parce que je suis double »…c’est l’horreur, je ne sais plus où on est , si on est arrivé. On pousse, j’ai halu sur halu, les descentes sont techniques : ça passe en VTT ou à côté …je ne sais plus. Il est temps d’en finir. 5H 30 plus tard on franchit la ligne après un dernier 5 min de dodo sur le sentier pour moi.

Merci les gars , Merci Fred c’était bon, c’était très bon!!! La lucidité revient avec la bière. On refait le match. On a tout donné, on s’est aimé toute cette semaine pour vivre cette aventure. Aucun regret que du plaisir…c’est ça le raid aventure : une équipe qui te porte, que tu portes.

Bilan : Que du bonheur d’avoir pu concourir sur cette première édition avec un plateau très relevé. Le résultat est plus que positif pour nous : on a profité à 100% du parcours. Merci Patrice pour ce beau tracé technique et exigeant. On participe au repas d’après course avec un gros smile, les bières coulent, on se remplit le ventre et on va au lit …enfin d’abord on monte la tente de nuit (paye ta transition !!!)

Fab a comme d’hab été la supportrice derrière l’écran. Elle m’a boosté toute la semaine pour faire avancer le petit drapeau du live tracking….Merci pour tout chérie et tu as raison, la tribu, ça aide à ne pas s’endormir……

Merci Frédo ma coéquipière de toujours, t’es un monstre de pugnacité et j’adore veiller sur toi

Merci Kam et Eti : sans vous l’aventure aurait été différente, on apprend à courir avec des nouveaux équipiers, vous êtes au top ….on enchaîne quand vous voulez…..

Raid Val de Dronne: championnat régional

Raid Val de Dronne: championnat régional

Début août se déroulait le raid val de Dronne en Dordogne : support du championnat régional raid jeunes et adultes. on y était et nos jeunes pouces de l’école ainsi que le jeune vieux coach Cédric y ont brillé. Voilà quelques retours des jeunes….

Justine :

Merci beaucoup pour cette super journée !
un paysage splendide des épreuves au top !
Sans oublier les bénévoles qui ont été au top aussi !
Merci pour cette édition du Val de Drone 2021 !

Pablo :

J’ai adoré les championnats régionaux de raid car les épreuves étaient super notamment le canoë. Je n’en avais jamais fait, cela m’a permis de découvrir et de me préparer pour les prochains raids. J’ai aimé ce raid également parce qu’il fallait se dépasser, ne pas baisser les bras pour les lever à l’arrivée.

Cette course m’a fait comprendre que l’entraînement avec les Princes Noirs m’avait fait progresser et cela m’a conforté dans l’idée de continuer le raid l’année prochaine.

Allan

J’étais dans l’une des deux équipes minimes Princes Noirs présentes lors de ces championnats régionaux à Douchapt (24).  J’ étais en duo avec Emile et on a terminé 1er sur 3 ou 4 mais bon le principal, c’était que nous avons réussi à décrocher le titre de champion régional 🏆.

Le raid était moins dur physiquement que le raid France mais il y a eu  une CO photo plutôt difficile et une partie à canoë, à contre courant, où nous avons un peu galéré mais de manière générale nous n’avons pas rencontré de gros soucis.

Super content de ce titre qui concrétise l’année.

Hâte d’être au prochain raid 😄.

Axel :

Balise 57…
J’ ai passé une super journée avec les princes noirs en Dordogne pour ce championnat régional. C’ était notre première course ensemble, Yann et moi, mais ça n’ a pas du tout été un problème, de mon côté en tout cas. Avant de partir, j’ avais bien évidemment fais la réserve de justin Bridou (indispensable nourriture du raideur), pour en prendre avant et après la course. Avec Yann on a donc pris nos maillots et numéros de concurrents avant le départ. Sur ce départ, on va se placer aux avant postes sur la ligne, et rester avec le groupe de tête jusqu’à la CO photo, plutôt laborieuse mais on sort de celle ci, pas très loin derrière Emile et Allan qui nous devancent légèrement. Nous prenons donc les vtt une deuxieme fois avant de s’ élancer sur le canoë, sur lequel nous allons reprendre 8 minutes à Emile et Allan. Puis viens l’ heure de la 2eme CO (memo)… On est alors en bonne position, 2eme des minimes. Le problème à ce moment c’est qu’on ne regardait pas la carte ensemble, donc on part sur les balises en cherchant tout d abord les 3 premières mais nous sommes partis sur du hors carte… Après avoir bipé toutes les autres balises il nous en manquait 2, et nous avons perdu 30 minutes sur celles-ci… On est donc reparti en trail ou nous avons regagné des places mais Emile et Allan étaient déjà trop loin pour les rattraper. Sur la dernière CO, on a était assez rapide, Yann était en meilleur état que moi a ce moment là d’ ailleurs 🙂 Et voila la fin du raid, des justin bridou et du coca à l arrivée et c’ est reparti (faux bien sûr) 

Championnat de France Raid Jeunes

Championnat de France Raid Jeunes

Ils étaient 10 à représenter les Princes Noirs pour ce championnat de France Raid jeunes dans l’Ain ce we. Bastien, Emile, Allan, Ewen, Corentin, Yann, Piel, nino, Axel et Martin reviennent avec quelques souvenirs…

Axel :

J’attendais ce week-end depuis longtemps, car c’était mon premier raid en compétition. J’ai vraiment adoré l’ambiance, l’état d’esprit…et puis la course nous a fait découvrir des paysages magnifiques ! J’ai bien aimé le camping entre tous les Princes Noirs, ça m’a permis de découvrir des techniques de raideurs, avec les anecdotes… Maintenant que le raid est passé, ma seule envie est d’en refaire un.

Martin :

J’ai adoré ce championnat de France car la course nous a permis non seulement de nous dépasser Axel et moi mais aussi de découvrir le village de Nantua et ses magnifiques paysages.
Et il n’y a pas que la course! Top ambiance décontractée et super moments au camping.
Un grand merci aux accompagnateurs  et à nos coachs qui nous ont fait vivre une aventure extraordinaire.

Allan :

Le samedi : On a commencé par une marche d’approche d’une vingtaine de minutes qui nous

a bien échauffé. Arrivé en haut le grand départ pour ces championnats de France 2021 ; on

commence par une épreuve surprise de BUCHERONNAGE !! C’était trop cool puis on enchaîne avec

un trail qui commence par une jolie montée puis qui se termine par une descente plutôt technique.

On enchaîne avec la CO urbaine, entre la balise n°2 et n°3 passage obligatoire dans la rivière bien

froide qui passait sous un immeuble ; la CO se passe très bien sans soucis d’orientation. Puis vient le

moment qu’on redoutait (avec Emile) le ROLLER. Sur cette section on perd beaucoup de temps mais

bon pas de chute c’est l’essentiel. Apres une pause pour attendre les gilets et les canoës, on

entame le kayak/natation qui commence pas très bien puisqu’on retourne le canoë mais bon tout

rentre dans l’ordre et on arrive au biathlon laser où nous n’avons pas été d’excellents tireurs …Puis

place à la douche et à la récup pour la grosse journée de demain.

Le dimanche : Départ du lac Génin, on commence avec un tour de lac à pied puis on continue

avec un VTT balisé qui n’était pas trop technique malgré quelques endroits faits à pied à coté du vélo.

Puis on enchaîne avec le VTT’O suivi d’itinéraires, sur cette section aucun vrai problème d’orientation

mais un terrain ultra glissant et très très gras (quand la boue monte jusqu’à un tiers de la roue ça

commence à faire …). On arrive sur une CO vue satellite qui se passe plutôt bien avec une magnifique

vue sur un lac (entre la balise n°5 et n°6) ; on sort de la CO plutôt contents de nous. Puis un nouveau

VTT balisé très exigeant et très technique avec quelques cascades mais pas de casse heureusement.

On en termine avec le VTT pour la journée avec 4-5 minutes de perdues et avec beaucoup de jus laissé

pour ma part puis on en entame un trail balisé avec un énorme mur; là je sens que je suis fatigué et je

 demande à Emile de me tracter mais manque de lucidité, je n’arrive pas à accrocher le mousqueton

qui fait que sauter : bon pas grave mais là je sais que je vais en ch*** et là, Emile me sort des Justin

Bridou qui me rebooste d’énergie à bloc, on termine le trail avec un bon temps. On continue avec

une CO ordre libre où nous perdons 7-8 minutes puis on enchaine avec le trail-rappel ; on arrive au

rappel où on se repose puis quand il ne restait que quelques équipes devant nous, on nous annonce que 1

membre de chaque équipe fait le rappel. On se concerte un peu et Emile reste pour le faire car je

n’étais pas très chaud pour le faire et je pars avec Piel (qui lui et Yann nous avaient rejoint entre

temps) à la fin du rappel pour attendre nos coéquipiers puis au bout de 10-15 minutes : nouvelle info –

le rappel est annulé pour tout le monde. Emile me rejoint et on repart pour un trail de

4km avec 350m de d-. On arrive en bas au canoë et on avait froid, on attend que les gilets et canoës

reviennent pour partir en Canoë’O puis on part au bout de 5minutes d’attente. Sur cette section on

savait que ça allait être dur car c’était la fin du raid et qu’en plus on n’est pas super fort mais bon on s’en

sort. Puis on arrive sur la fin du canoë et là on bippe le boitier d’arrivée et c’est  bon on a terminé les

championnats de France de raid !

PS : Un immense merci à tous les parents accompagnateurs plus particulièrement à Cédric et Julien pour ce week-end mais surtout pour cette année de fou.

Ewen:

J’étais dans l’une des équipes cadets hommes avec Nino et nous finissons
13ème sur une vingtaine d’équipes de cette catégorie. Ce raid est pour
l’instant un des plus difficiles que j’ai fait à cause du relief
montagneux, des conditions météorologiques pour le moins « humides » et
des barrages horaires très serrés. Je suis pourtant satisfait de notre
place car nous avons un rythme d’entrainement nettement inférieur aux
autres équipes du top 10.

Ce qui m’a marqué dans ce raid est la volonté des organisateurs de nous
faire passer dans l’eau. Il y avait lors du prologue un passage
obligatoire dans un petit canal couvert où l’on finissait à 4 pattes
dans de l’eau glacée, puis une épreuve canoë/natation. Lors de la
seconde partie du raid (le dimanche) les cadets ont eu une épreuve de
spéléologie où la aussi il fallait s’accroupir dans l’eau à 12°C pour
aller cherche la balise au fond de la grotte ce qui n’était pas agréable
du tout sur le moment.

Cependant, après quelques jours de repos je trouve ça plutôt drôle
qu’ils aient eu cette idée. Ce n’est pas sur tous les raids qu’il y a de
la spéléo !

Ewen, 17 ans

Emile:

L’ambiance de l’équipe était très bonne : nous étions très motivés avec mon coéquipier Allan.

Nous nous sommes amusés durant les 2 jours de raid car les épreuves étaient très variées.

Je n’ai pas trop aimé l’épreuve surprise du bucheronnage : la spécialité de la région mais elle était hors temps et n’avait donc pas d’incidence sur le temps final du prologue, mais j’ai apprécié les parcours plutôt vallonnés et engagés.

Le point fort de mon équipier était le vtt et le point faible était le roller.

Mon point fort est la course d’orientation et mon point faible le roller.

Ce qui nous a un peu pénalisés est donc la section roller sur laquelle on a perdu pas mal de temps par rapport aux autres équipes.

Anecdote :

Nous ne voulions pas faire le rappel et par chance, la section a été annulée juste devant nous pour cause de mauvais temps…

XTTRAID VAL D ALLIER

XTTRAID VAL D ALLIER

Deux Princes au départ du Raid XTTR Val d’Allier dans le Puy de Dôme au sud de Clermont: que c’est bon de remettre un dossard!!! Et pour cela rien de tel qu’une nouvelle équipe: Christophe et Julien.

Petit coup de fil il y a 3 semaines pour demander à Cris ce qu’il fait le samedi 12 juin…Rien!, « ok mec ! un 8h à chasser de la balise dans les contreforts auvergnats ça te dit? » Banco »

Et c’est parti pour notre première aventure ensemble, on se connaît peu mais l’envie est là alors on fonce.

Le programme est simple : des balises obligatoires qui rapportent 100 points en VTT et Trail O, d’autres qui valent 10 points sur les CO et des bonus en VTT et CO à 1,2 ou 3 points. Objectif : ramener un max de points en 8h et pas une minute de plus sinon tu perds un point par minute…

Au briefing d’avant course Steeve nous annonce 7h50 sans les transitions pour tout faire…ça va être chaud. En vieux routiers (enfin moi, parce que le Christophe son dernier raid officiel c’était il y a 20 ans…) on a déjà établi notre stratégie: on prend tous les bonus au début et on voit en milieu de raid nos estimations de temps.

La veille chez Isa, notre assistante favorite sur les raids à étapes, on sentait bien qu’il allait faire chaud et que jouer devant serait peut être difficile au vu du plateau.(et oui 1 an sans dossard: tous les morts de faim du raid veulent en découdre!)

On part sur un relais 2*2 km pour se mettre en jambe: j’enquille le premier relais avec départ toutes les 30 s : on a l’équipe NICOLO juste derrière alias 400 team….prémonitoire???Je file le doigt à Christophe pour son relais et je récupère le jeu de cartes de la journée: What the Fu..: il y a de la ligne de niveaux sur le bordel là!!!Je trace rapidement le premier VTT de 6 km en prenant soin d’aller chercher les 3 points de bonus. Mon équipier arrive rapidement et c’est parti pour la balade. Aucun pb d’orientation avec un choix judicieux sur le premier poste pour s’éviter une patate en fin de section. On retrouve ISA dans un village fortifié pour la CO : il y a beaucoup de VTT sur le parc: les équipes doivent jouer la sécurité en début de course. On a déjà 20 min de retard sur nos estimations alors on lâche 1 point sur les 3 bonus de la CO (Faudra s’en rappeler de celui là…)On enchaîne avec un VTT road book de 9.5 km sans difficulté: mon coéquipier est en forme et ça roule vite et groupé avec Arverne Outdoor.

2ème Co dans un village : on ramasse tout rapidement et choix à faire sur la section suivante : VTT balisé de 2 ou 5 km avec un bonus de 3 points à prendre. Toutes les équipes avec nous partent sur le 2 km en lâchant le bonus. Petits regards échangés et hop on s’enquille le portage sur le bonus : prendre 4 fois à gauche et vous tombez sur la balise avant d’attaquer la descente technique!!Fastoche: 1,2 3et 4 à gauche mais pas de balise..on revient au carrefour précédent et on s’engage dans la descente technique : ouf! à 100 m la balise est là : bip et à donf dans la descente!

On arrive à la CO mémo de 7 balises à prendre: il fait chaud, très chaud et on est presque à sec : on a toujours 30 min de retard sur nos estimations . On recharge les kamels et c’est reparti sur le mémo : une petite boulette qui nous fait perdre 3 minutes mais rien de grave.

On boit tout ce qu’on peut boire: coca , eau st yorre, tout y passe, les organismes sont en surchauffe mais l’équipe est toujours homogène et on avance bien. Sur le gros VTT on décide de laisser les 9 points de bonus pour reprendre du temps et finir le raid avec moins de pression. Christophe goûte au joie du portage VTT sur deux Puy pour trouver les deux premières balises, les descentes derrière sont bien sympas. C’est bon on touche bientôt l’Allier, on va pouvoir tremper nos fesses dans le kayak. 2 petits kms et on débarque sur une île avec un trail O 100% bonus: on décide de s’arrêter 20 min max pour faire un aller retour bartassage pour prendre 1 point et c’est reparti en kayak pour 9.5 km . On pagaie bien en rythme et ça avance plutôt vite, les rapides sont passés de main de maître par mon gondolier.

Dernière section de 10 km de trail O avec 5 obligatoires et 7 points de bonus. Il va piquer celui là . Rapide coup d’oeil sur la carte et on fonce cherche l’obligatoire la plus loin, il nous reste 1h30 pour faire le trail. Gros rentrant à trouver pour une grosse montée jusqu’à la balise : on pose les mains on glisse mais ça avance: Christophe bipe depuis le début de la journée tous les postes et il semble encore en forme le bougre! Choix à faire pour aller au poste suivant: je décide de revenir sur nos pas car on a vu le premier rentrant qui nous amène à la suivante : on se retape un peu plus de déniv qu’en faisant le tour mais c’est beaucoup moins long…Une équipe de gros coureurs nous emboîtent le pas dans ce deuxième rentrant…on monte bien haut puis une fois qu’ils arrivent à notre hauteur : petit coup d’hésitation . L’un des deux cherche les deux rochers…Je leur demande où ils vont ? Réponse immédiate à la balise 1 . Tac o Tac : euh les gars vous y êtes pas là …on arrive à la 5…Gros moment de doute pour eux quand ils voient la grosse boulette qu’ils viennent de faire…On sourit avec Christophe car on avait bien compris qu’ils démarraient le trail…100 points de perdu pour eux sur le coup car il est trop tard pour faire marche arrière.

On finit le trail en prenant un dernier point de bonus après 7h40 d’efforts et 65 km au compteur et 1700 D+.

Repas direct suite au vidage du doigt: frites st Nectaire la base quand tu es dans le 63!!!

On redescend en navette chercher notre voiture et les VTT au départ Kayak puis après une douche express dans l’Allier on remonte sur le village d’arrivée.

Les classements tombent : 3ème puis non en fait 4ème après rectificatif de la GEC Woman…à 1 point du podium!!!

Aucun regret que du positif sur cette journée :

-un nouveau copain pour jouer alias Christophe (point fort : costaud du début jusqu’à la fin, autonome, multitâche; point faible : il n’aime pas le st nectaire….(tant mieux pour moi…)

-une stratégie payante avec une bonne gestion de la chaleur (ça en a marqué plus d’un il semblerait)

-retrouver les copains du raid : c’est quand même très bon : merci Isa pour l’accueil le vendredi soir

Vivement le prochain

Stage Kayak pour les jeunes

Stage Kayak pour les jeunes

Les jeunes princes ont fait un stage kayak samedi en partenariat avec le club de St jean D’angély: Kayak Club Angérien

Enorme journée sur l eau hier avec nos jeunes pour apprendre et comprendre comment on avance avec un kayak😜. 6 heures sur l eau, 2 sessions : matin découverte du kayak ponté, petits jeux sur de l eau plate puis balade dans les méandres de la rivière. L après midi travail technique sur le stade d eau vive de St Jean d Angely : reprise de courant, nager en sécurité et descente de rapides …on s est éclaté. Un grand merci au club de kayak de St jean d Angely pour l accueil @KayakClubAngerien et au comité Charente Maritime de Canoe Kayak . Dernière ligne droite avec les Championnat de France Raid Jeunes 2021FFTRI Raids#onserabeausurleaumaisestcequonserabon

Défi du confinement : Jeunes contre adultes

Défi du confinement : Jeunes contre adultes

Pour ce premier WE de confinement il fallait bien un petit défi pour nos jeunes et un peu moins jeunes de l’asso. Depuis septembre notre école de raid fonctionne à plein régime. Nos jeunes sont à fond alors il faut les occuper .

Rien de mieux qu’un petit défi très simple: 24 jeunes 20 adultes : 1 h de course à pied, on additionne les distances et on voit quelle équipe remporte le défi…

L’enjeu : un gros goûter si les Djeun’s l’emportent….un petit « apéro » si les vieux ont encore des cannes.

Une petite vidéo en début de semaine pour présenter le défi et tout le monde est dans les starts samedi matin. Chacun chez soi sur sa boucle respective. Au fil de la journée on fait les totaux…

Tout le monde joue le jeu : les parents sont à fond, les adultes changent de jeu pour affronter l’asphalte plutôt que les sentiers … Tout le monde est motivé.

Les kms s’enchaînent jusque tard dans la nuit pour certains . Au final les vieilles branches l’emportent avec 245.27 km au compteur contre 217.42 km pour les jeunes pousses. Un énorme bravo à tous pour la participation : c’est juste super de voir que tout le monde a participé : félicitations à tous. Plus de 460 kms parcourus par notre asso ce samedi.

On espère se voir très bientôt pour fêter ça tous ensemble….d’ici là soyez patients et encore bravo à tous!!!!!

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE RAID JEUNES

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE RAID  JEUNES

Ce week-end (25/26 octobre 2020), Nino, Corentin, Ewen et moi-même (Bastien) avons représenté les Princes Noirs lors du Championnat de France de Raid qui se déroulait dans le Gers

Nous étions répartis en binôme avec d’un côté l’équipe d’ Ewen et Corentin et de l’autre celle de Nino et Bastien (qui disputaient leur deuxième Championnat de France après celui de 2019 dans le Tarn).

C’est par un prologue le samedi 25, que la compétition a commencé. Il s’agissait d’une CO en deux parties : la 1ère partie était un relais (qui était autour d’un stade) où chacun des deux coéquipiers devait trouver individuellement 6 balises. Une fois le relais donné par le premier relayeur, le second partait sur son parcours pendant que l’autre l’attendait à la balise n°6 et préparait le chemin pour aller à la suivante (cette fois-ci à deux). La deuxième partie de la CO débutait donc lorsque les deux relayeurs avaient terminé leurs parcours. Ensemble ils partaient chercher les 6 balises restantes dans un coin plus forestier. Globalement, nos deux équipes ont réussi facilement les parcours avec des temps bruts plutôt bons. Malheureusement Nino et moi avons pris deux pénalités de 2 fois 3 minutes car aux balises 6 et 12 (que nous avons trouvées), l’un de nous deux a poinçonné trop vite et le boîtier électronique n’a pas reconnu notre puce.

C’est bien dommage car nous avions fait un temps brut de 17′ et des poussières, mais avec les pénalités nous étions à 23′ et x secondes. Pour Corentin et Ewen c’est un sans faute, pas de pénalité et un temps brut de 19′ et x secondes (bien joué à eux :-)). Nous en avions terminé avec ce prologue et nous nous tournions maintenant vers le jour J avec impatience.

Le dimanche 26 octobre, c’est le grand jour ! Départ différé à partir de 8h30, selon nos temps du prologue de la veille (c’est-à-dire que l’on partait en fonction de notre temps d’écart avec l’équipe en tête). Le parcours était composé de 6 étapes : 22 km de VTT/ 9 km de CO/ 9 km de VTT/ 4 km de CO-kayak/6 km de CO et pour finir 10 km de VTT (en tout 60 km). Sur les 22 premiers km de VTT, 16 étaient en suivi balisé avec des marques au sol, des rubalises… et les 6 autres étaient en suivi cartes IGN (nous avions un porte-carte sur nos VTT dans lequel la carte IGN a été glissée) avec un tracé indiqué sur la carte. Cette première étape de VTT était longue et pas facile (pour ma part), avec beaucoup de relief. La deuxième étape était donc une CO en ordre libre, où Nino et moi avons réussi l’épreuve facilement (je parle surtout pour nous deux car je ne sais pas comment c’était pour Corentin et Ewen), mais après l’épreuve les crampes ont commencé à arriver ! Troisième étape en VTT suivi carte IGN, une étape avec beaucoup de montées et descentes à répétition dans les sous-bois où nous contournions une partie du lac où se déroulait la CO-kayak. Une CO-kayak au cours de laquelle, avec  Nino, on a eu un peu de mal à trouver une bonne coordination (donc à revoir aux entraînements ;-)), mais sinon les balises furent bien poinçonnées ! Mais après cette quatrième épreuve, les crampes aux cuisses étaient présentes, dues à un manque d’hydratation, au froid de l’eau et au temps passé dans une position inconfortable dans le kayak.

Je remercie d’ailleurs mon coéquipier Nino qui m’a aidé à marcher et à Julien pour les conseils (MARCHER ET BOIRE 😉 !). Ewen a lui aussi eu des crampes à ce moment de la course. Une fois sur pattes, nous partions pour l’avant-dernière épreuve avec une CO en ordre imposé, où une fois encore nous avons très bien réussi même si je souffrais de crampes et que Nino commençait lui aussi à en avoir. Mais au final nous avons tenu bon et nous sommes partis pour la sixième et dernière épreuve de ce Championnat avec 10 km de VTT suivi carte IGN. Une fois à Masseube (village d’arrivée), nous posions les vélos dans le parc à vélo et il ne nous restait plus qu’un tour de stade à effectuer avant de franchir la ligne l’arrivée.

Au final, Corentin et Ewen terminent en 4h20 ce Raid à la 14ème place, tandis que Nino et moi terminons ce Raid en 5h16 à la 20ème place (sur 23 équipes cadets H).

Nous remercions évidemment Julien et Cédric pour leurs conseils, leur soutien et leur bienveillance mais également nos familles qui nous ont accompagnés et soutenus tout au long du Raid. Merci à vous tous ! Merci aussi à mon coéquipier Nino de m’avoir encouragé et aidé sur les parties VTT où j’ai eu le plus de difficultés .
Rendez-vous au prochain Raid maintenant…

Bastien MARSAN

THE RACE

THE RACE

The Race : The place to be

C’est là qu’il fallait être les 3 derniers jours si on voulait se mettre le compte en VTT Trek Pack Raft CO…L’équipe après des mois de disette se retrouve enfin pour ce raid format 3 jours en Correze en compagnie d’Isa notre assistante de choc. La réussite de l’équipe passe obligatoirement par son passage chez le fromager…

Le format est simple : on récupère Isa à l’arrivée du raid prévu deux jours plus tard , on charge la bagnole avec deux packrafts 4 VTT 5 pagaies 800 kilos de bouffe, 2 tentes, des gilets et 5 gugusses.

Un peu serrés dans la voiture mais heureux de nous retrouver à 5 on file à Bugeat pour le départ du raid le lendemain matin. On dort en vrac par terre dans le couloir du gymnase histoire de pas mouiller les tentes. Il fait beau depuis deux mois mais on dirait que la Corrèze va charger pendant 3 jours : un raid à l’écossaise …

L’équipe est composée de : Simon Clem Fredérique (alias la crevette bleue) , Julien et donc Isa pour nous secouer aux transitions, nous ouvrir le bec et fourrer 300 grammes de St Nectaire dans la bouche de chacun des garçons (notre moteur principal pendant ces 3 jours de raid)…la crevette étant intolérante au lactose (tant mieux pour nous…jdis ça , jdis rien)

Jour 1 : le résumé est simple : on bataille comme des chiens pour rester au contact des meilleures équipes françaises et la journée se passe super bien : la tactique du gendarme est efficace : Clem et Sim’S à la baguette en Co et Trek et Sim’s et moi en VTT. Fred se chargeant gentiment de nous booster le c.. pour prendre rapidement nos décisions d’orientation.

On fait une excellente journée avec une 11ème place au scratch et 5ème en mixte : 50 km . 6h30 d’efforts: la régalade.

Anecdote de la journée : nager avec les gants de VTT c’est pas le top, l’eau du lac se boit très bien quand t’es à sec. La pluie est annoncée le soir alors pour pas s’embêter on dort dans les tribunes du stage de rugby de Treignac.

Jour 2 : the big journée avec presque 100 km annoncés et un départ à 4h30 sous l’eau en pack raft dans le brouillard…le bonheur.

On sait que cette journée sera longue mais on connaît maintenant bien la musique pour savoir que cela ne nous déplaît pas. On enchaîne donc un petit packraft de 4 km puis une grosse co de nuit (Clem et Sim’s are on fire avec la carte) puis un VTT de 20 km (petit bonjour à un troupeau de vaches au lever #payetabouletteenvtt), une Co carte IGN où on va refaire l’épilation des guiboles dans les ronces , un VTT de 15km puis 8 km où Clem se prend pour Surya Bonali (et oui qd on est vieux on connaît le patinage artistique des années 90) avec un triple axel qui finit pas dans le ravin mais presque…La descente suivante du pic des Monédières se fera sur les pistes en lacets plutôt que dans la piste noire VTT #ménagetamontureettuirasloinencourse ou #qdtesnulendescenteetbentutechappes. On termine la journée par une grosse co IGN de 9 km où la nage a disparu puis un packraft de 10 km et un Vtt roulant de 9 km qui nous amène à Uzerche.

Anecdote du jour : le St nectaire c’est trop bon mm sans le pain, il a plu apparemment pendant 3 heures le matin mais on n’a rien senti…le camp de naturiste le long de la Vézère nous a encouragés contrairement au pêcheur de mauvais poil.

On peut enfin ouvrir la tente le soir, faire sécher les affaires au soleil et essayer de récupérer un peu de cette journée de 12h30 qd mm. Toujours 11 ème au scratch et 5ème en mixte.

Jour 3 : The last day

On part en chasse pour une co de 7 km très simple dans Uzerche puis on enchaîne une double section packraft / trek puis trek/ packraft de 23 km . la descente des gorges de la Vézère est cool mais elle nous oblige à revoir notre stratégie : faut équilibrer les poids (mdr!!!) on perd un peu de temps sur la section mais on en profite bien. On repart en VTT pour 23 bornes avec quelques belles patates puis the CO où les deux BG nous régalent dans les montagnes russes de Sajueix et on termine part 9 km de VTT à toute blinde jusqu’au Saillant.

Anecdote du jour : la crevette sait nager en eaux vives (#éjectionenrègledanslepremierrapide).

Au final encore une belle journée de 8h30 et 70 kil au compteur. Après 3 jours de course on termine 13ème au scratch et 4ème en mixte, le podium est proche on dirait mais loin qd mm avec 1h40 de retard sur les 3ème.

L’aventure était top : 220 km, 4500 de D+, 27h24, des copains, du St nectaire, de la bière à foison à l’arrivée : quand est qu’on repart?

Bilan de 3 jours de course : 1 st Nectaire à 3 (oui oui et pas le St Nectaire de chez Lidl non non, le bon St Nectaire fermier qui colle bien aux dents 1 h après avoir quitter Isa à la transition..) Merci Isa de nous avoir assistés encore sur ce super raid typé aventure, sans toi l’équipe ne peut pas marcher aussi bien et puis maintenant tu sais bricoler des guidons de VTT…

Merci Clem Simon et Fred, l’équipe a merveilleusement bien fonctionné et on a tout donné sans aucun regret à avoir.

C’est top le raid et put… que ça fait du bien de remettre un dossard.

Spécial Thanks au grand Stef, Bruno et Philippe les traceurs de ce raid aventure en Corrèze, la marque The Race est posée ….ne changez rien c’est parfait!!!!

TOUR DES BASTIDES

TOUR DES BASTIDES

Période des offs avec les copains : le sim’s a une idée alors on fonce..Ce sera une virée sur les 8 bastides de l entre 2 mers : Créon Cadillac Sauveterre Blasimon Monségur Pellegrue St Foy Libourne Créon. Au total 209 km en VTT sur route et chemins avec presque 3000 d+. Une super journée avec les Princes noirs. Départ 4h fin 19h . On est pile poil à l heure pour la 🍺 qui coule à flot. Merci à Stef pour l accueil le soir pour les 🍕 et à Ellen pour le ravito à Monségur.

Spéciale dédidace à Cris qui a fait la sortie avec son 26 pouces frein V-Brake….Respect!!!!