Tour de Bordeaux VTT

7 nous étions pour faire le tour de la CUB, comme les 7 nains sauf que parmi nous pas de grincheux…pas de timide…pas de nain…pas d’atchoum, certes 6 profs ! Et la princesse Sophie.

Départ très matinal pour l’équipe Cedrc B, Cédric C, Niko, Benoit, Jeff, sur 75km de chemins , 75km Rive droite.  Lever de soleil et première crevaison ont enchanté les rouleurs du matin ; retrouvailles au lac vert de Cestas avec l’équipe de filles qui prennent le convoi exceptionnel en route. 

La trace est superbe : principalement des singles sur un terrain souple ; quelques passages de sable où François a dû avoir les oreilles qui sifflent ! Nous roulons au milieu des fougères, des bruyères et de l’odeur de pin (parfois recouverte par les pets de ceux qui ont mangé Mac do à midi…).

Le parcours est exclusivement en sous bois ; excepté le dernier tronçon sur le pont d’Aquitaine…mais là, le gentleman Jeff a sorti une ombrelle pour la présidente, qui lui a promis de mettre à l’amende tous ceux qui le traitait d’e….é dans l’asso ! 

La troupe se sépare à Lormont. Les filles rentrent sur Cenon, les gars sur Pompignac avec leur 160km au compteur (un peu plus pour Benoit qui a jardiné autour de la trace).
Superbe sortie que j‘aurais plaisir à refaire ; dans l’autre sens ?

PSNO 2019

PSNO 2019

Cette année les Princes Noirs étaient présents en force et en nombre sur le PSNO. Voici le récit de course de l’une de nos équipes.

Le raid du PSNO est un raid “épais” à tous les sens du terme: debout à 5 du mat pour un trajet sous la pluie après deux semaines d’intempéries en continu, tu penses déjà à toute la glaise que tu vas te coller sous les semelles et dans la transmission de ton VTT; il fait 4 ou 5°C, les prévisions n’annoncent aucune amélioration sauf du vent qui va se lever; le PSNO aventure c’est 11 sections pour 100 km à minima! Chouette on va passer une super journée…
Cette année le raid PSNO est une manche du championnat de France de raid, un beau plateau en perspective avec des raideurs et raideuses venus de tout la France.

Arrivé sur le parking tu vas chercher ton dossard et tu fais ton sac et là tu te dis qu’avec un chargement pareil tu pourrais aussi bien partir pour une adventure race de 5 jours! Viens ensuite l’étape de l’habillage et c’est là que tu sais que tu vas te geler toute la journée.Bon l’heure du départ traine un peu, problème de doigts électroniques pour l’orga, on boit des cafés dans la salle des fêtes, mais tout le monde a des fourmis dans les jambes.Les Princes Noirs sont bien représentés sur cette épreuve puisque nous sommes pas moins de 6 répartis dans plusieurs équipes sous l’arche de départ. 
Le départ est enfin donné sous la grisaille et on démarre par un petit tour sur les hauteurs de St-Romain-le-Noble avant de revenir au parc VTT où on récupère notre première carte de la journée pour un suivi d’itinéraire sans difficultés hormis les raidars plein de boue qu’on ne peut franchir qu’à pied…frustration!La fin de cette section arrive vite et nous repartons tout de suite sur une CO score sans grande difficulté que nous bouclons rapidement malgré une petite erreur bête entre 2 postes.

Retour sur les VTT pour un deuxième suivi d’itinéraire qui a failli nous faire franchir à gué un ruisseau en crue, mais notre persévérance a payé pour rester au sec…enfin presque vu la pluie qui nous rince. On termine dans le village de Puymirol où nous enchainons sur une CO photo sous la pluie avec des feutres qui ne veulent plus écrire, ça se transforme en CO photo mémo!

Bon à partir de là le raid bascule, on part sous la pluie sur un VTT azimut de la mort. L’orga nous donne un tableau azimut-distance et une enveloppe avec la carte du coin, si on l’ouvre on prend 2 heures de pénalité. Autant dire qu’on a clairement pas envie de l’ouvrir cette enveloppe et cela va nous amener bien loin! Dès les premières cases on a des doutes sur le tracé, mais on continue dans ce qui nous semble le plus logique et à chaque fois on fini par se raccrocher au tableau. On croise des concurrents qui abandonnent cette épreuve, ça nous booste pour continuer, ya pas moyen qu’on prenne 2 heures! Arrivé sur un plateau Clem a crevé mais on a tellement froid aux mains qu’on ne peut même pas saisir le capuchon de valve pour le dévisser. On tremble de froid et on enrage, on ne va quand même pas abandonner un raid sur une crevaison! En contrebas on voit une ferme, on y descend et Jeannine nous ouvre son garage pour nous mettre au chaud et là miracle elle a un compresseur et en plus elle nous fait des cafés. On démonte, on répare et c’est reparti, mille merci Jeannine.
Bon à ce moment-là on ne sait plus trop où on en est sur le VTT azimut mais on connait le village d’arrivée alors on y va avec les moyens du bord sans ouvrir la fameuse enveloppe. On arrive au parc VTT, en grande partie vide vu le temps qu’on a perdu dans cette galère et sur la section, pour une CO score de 1 heure avec 14 balises, infaisable avec notre état de fatigue, il va falloir en laisser.

On choisi un secteur de la carte qu’on ratisse mais on oublie une balise alors on tente d’attaquer l’autre côté mais ça ne sera pas vraiment un bon calcul. Ca fait quand même du bien de courir pour se réchauffer après avoir autant pris froid sur le vélo.La carte suivante est un VTT puzzle qui nous semblera interminable dans des bords de champ plein de boue. On fini par arriver de nuit dans un secteur de forêt où on enchaine sur une CO répartition: un en VTT et un à pied, il faut qu’on ramène le même nombre de balises. On choisi là aussi d’en laisser car les pénalités sont plus faibles que sur les sections suivantes et le terrain est une orgie de boue.La 10eme section est une VTT’O pour laquelle là aussi il va falloir faire des choix, la barrière horaire de fin de raid avec pénalité de 5 minutes par minute de dépassement approche dangereusement, et elle peut nous couter très cher. On décide donc de ne pas prendre les balises les plus éloignées et donc les plus pénalisantes mais faut qu’on avance. On s’en sort plutôt bien, dommage qu’on n’ai pas eu plus de temps pour la faire en entier.On arrive sur un ravito pour une CO relais qu’on plie en vitesse et on part sur la dernière section de trail’O qui nous ramène au point de départ.

Malheureusement et malgré n’avoir rien lâché sur cette section, nous terminons en retard.A peine arrivé pour retrouver les copains nous apprenons que tout le monde veut faire réclamation pour annuler la section de VTT azimut que personne n’a réussi à terminer à part nous! Alors là on est peu énervés car c’est la double peine, on perd notre bonus et tout le temps qu’on a passé sur cette section on n’a pas pu l’employer sur les suivantes pour lesquelles on prend des pénalités pour les balises abandonnées, et cerise sur le gâteau on arrive en retard! On fait le pied de grue devant la GEC, mais rien n’y fait la section sera annulée et on nous renflouera gentiment d’une heure. on se sent un peu lésés sur le moment mais en fait on s’en fout, on a passé une super journée en équipe, on a rien lâché et surtout on s’est fait plaisir!

Hivernale Templiers 2019

Pour clore 2019, je me suis inscrit à l’Astragale de l’Hivernale des Templiers: au menu 65 km et 2200 mD+ sur le plateau du Larzac. Départ de nuit de la Couvertoirade au pied de l’enceinte de la citadelle, ambiance adéquate pour un Prince Noir! La pluie nous laisse un peu de répit après avoir bien arrosé le parcours toute la semaine.Départ pas terrible où je me fais prendre dans le paquet; en même temps 3 minutes avant le départ, au lieu de m’occuper de me placer dans le sas de départ, j’étais encore en train de discuter avec la légende locale, Francis et ses 60 ans passés qui s’élance sur cette course avec le sourire et sa bonne humeur! J’ai donc pas mal cravaché ensuite pour remonter le peloton dans des singles empierrés, j’en profite à ce moment-là tant que j’ai encore du pied. Premier ravito à Canals, je ne m’arrête pas et je suis dans les temps.

Le lever de soleil sur le plateau, enfin la sortie du soleil de derrière les nuages, est majestueux avec en prime la mer de nuage dans la vallée et les contreforts du Larzac qui émergent, on se croirait sur un vaisseau dans la brume. Je continue ma remontée, je suis rapidement seul. J’en profite après ce départ chaotique car peu de groupes se sont formés, beaucoup de coureurs éclatés sur tout le parcours. La première descente arrive, elle est très glissante sur des dalles et des rochers, je lève le pied et je reste prudent, je fais bien car j’assiste à quelques chutes.

Deuxième ravito à Fondamente après 25 km, en bas au pied du plateau et là je m’arrête 2 minutes pour faire le point: tout va bien, je suis pile dans mes estimations, mais je n’ai aucune idée de ma position dans la course. Je repars avec un groupe qui était là avant moi et la première côte sérieuse arrive tout de suite, 300 m de D+ en 2 tronçons. Je me sens plutôt bien alors je laisse libre court à une grosse envie de tester ma forme sur cette première grimpette. J’attaque dur sans transition, personne ne suit, alors je relance histoire d’enfoncer le clou. J’arrive rapidement en haut et là ça se complique, le parcours passe en léger contrebas du plateau dans les buis, c’est pas du tout courable dans le dévers et limite niveau sécu à des moments. Heureusement qu’il n’y avait pas de brouillard en haut, ça aurait pu faire du dégât… La vue est magnifique, on longe le bord occidental du plateau pendant quelques km, puis vient la deuxième grosse descente sur St Paul des Fonts et tout de suite la deuxième grosse côte. Là aussi petit regroupement au pied de la côte et j’use de la même recette: je lâche les chevaux, les jambes répondent et tant que ça marche je relance! Retour sur le plateau pour quelques km jusqu’au troisième ravito au Viala-du-Pas-de-Jaux, après une quarantaine de km. Bilan d’étape: tout se passe pour le mieux, je suis en avance sur mon programme et on m’annonce que je ne suis pas loin des 20 premiers au classement. Grosse surprise et du coup ça gonfle le moral à bloc!
Je quitte le ravito après 2-3 minutes, en compagnie d’un Toulousain, Jean-Noël, et on se dit qu’on terminerait bien ensemble. Pour moi l’objectif reste quand même de retrouver mon pote Nico, paysan du Larzac, qui s’est inscrit sur le 24 et on a parié qu’on pouvait se retrouver au même moment au croisement des courses; alors faut pas que je traîne! On repart sur un bon rythme jusqu’à la descente de Lapanouse, très technique après quasi 50 bornes dans les pattes! On nous fait passer par des points hauts avec vue panoramique, grandiose… quatrième ravito à Lapanouse où on retrouve beaucoup de coureurs du 35 et là les chemins deviennent plus encombrés!A partir de là la course commence vraiment car il reste 15 km pour plus de 800 m de D+. Même joueur rejoue encore: sortie de ravito, grosse côte, grosse attaque et ça continue à passer, mais juste avant le regroupement avec le 24, premier coup de moins bien: j’ai mal en bas des côtes et je maîtrise mal ma respiration, faut que je ralentisse, du coup Jean-Noël me rattrape et me lâche. Coup de mieux: je retrouve Nico comme on l’avait prévu et ça me relance. On court sur le plateau et il faut sans cesse doubler, il y a maintenant énormément de coureurs sur le parcours, fini la tranquillité! On descend dans le cirque de Tournemire et on en prend plein les yeux avant d’attaquer le dernière difficulté de la journée. Je ne relance pas trop dans cette descente facile, je préfère me refaire la cerise, et après coup je me rend compte que j’ai fait le bon choix.

Le long du Soulzon avant cette dernière côte je sens l’hypoglycémie monter, et oui je viens de réaliser que je n’ai rien mangé au dernier ravito et pas plus depuis! Je marche en mangeant tout ce que je peux et surtout en ne cogitant pas, mon objectif est de faire 7h et ça serait trop dommage de passer à côté pour une erreur aussi bête. Arrivé au pied de la côte je me dis que ça va passer au même rythme que les premières alors j’y vais droit dans les courbes de niveau et je coupe les lacets pour pouvoir doubler. Je remonte quelques coureurs du 65 qui m’avaient déposé dans la dernière descente en me disant que la suivante sera suffisamment courte pour qu’ils ne me reprennent pas. On passe par les falaises de Roquefort, la première partie de la descente est épuisante car il y a trop de monde, il faut choisir entre foncer dans le tas ou doubler prudemment. J’use un peu des deux! Je cavale à travers Roquefort et ses escaliers glissants avec un œil sur le chrono et je désespère de voir la ligne d’arrivée poindre le bout de son nez pendant que les minutes s’égrainent. Une dernière côte boueuse saturée de coureurs, entre temps on a récupéré ceux du 15! Je fonce en m’excusant à tout va, car là je ne fait plus dans le détail et je franchis l’arche dans la salle des fêtes de Roquefort. Je vois mon temps, dommage dépassé de 2 minutes, puis mon classement, 21eme, et je me dis que c’est plutôt réussi: j’ai passé une super journée sans grosses difficultés et je suis arrivé à remplir mon objectif perso. Maintenant, il ne me reste plus qu’à attendre Nico pour qu’on fête cette belle journée autour de quelques bières!

Podiums et photos 2019

La Nuit du Prince Noir 2019 s’est déroulée dans d’excellente conditions. Merci pour tous vos retours positifs et pour vos encouragements. Voici quelques photos de la journée et de la soirée. A très bientôt sur les sentiers et sur les évènements Trails et Raids

Podium femmes
Podium mixtes
Podium hommes
Podiums

Nuit du Prince Noir 2019

Samedi 12 octobre a eu lieu la 8ème édition de la Nuit du Prince Noir au départ du Château de Camarsac.
Vous étiez 196 équipes de deux coureurs à braver nos sentiers dans la nuit. Merci à tous d’avoir participé à cet évènement, merci à tous nos partenaires dont le soutien est indispensable, merci aux mairies qui nous autorisent à traverser leurs routes et merci aux 50 bénévoles qui ont oeuvré depuis plusieurs mois à l’organisation de la NPN 2019.

Raid Oléron 2019

Une invitation de Benoît et François à découvrir l’Ile d’Oléron en mode raid ça ne se refuse pas !

Formule à trois, en orientation, donnée pour 50 km environ et 5h3O. Jusqu’au briefing nous n’en saurons pas plus… Peu importe nous sommes motivés, à la fois confiants et ravis de cette équipe inédite. L’occasion aussi pour moi de découvrir François, très peu croisé jusque là.

Tatamis et vidéo projecteur pour le briefing des 48 équipes inscrites sur ce format; nous voilà rassurés sur l’orga ! On connaît enfin le déroulé, avec 80 balises à pêcher et un classement au nombre de balises ! Gloups, il va falloir être gourmands !

Le mot d’ordre est donc toutes les balises, une orientation propre, garder le sourire, et se faire plaisir.

Au programme : trail’O, canoë, VTT’O, CO à pied, VTT’O, CO à pied urbaine.

Ah le canoë. On prend notre temps pour choisir, non non pas le vert foncé posé par terre et prêt à partir. Celui d’en haut, d’un beau vert fluo ; il sera parfait pour nous trois! Benoît à la barre, moi au milieu et François devant ! Premiers coups de nos trois doubles pagaies synchro et nous prenons déjà l’eau !

Et c’est petit un canoë pour trois ! Difficile de ne pas assommer son coéquipier ou sa coéquipière de devant. Ou peut-être une façon de lui dire tais-toi et rame ! Synchro de préférence. Un vrai esprit d’équipe; on partage tout, même les coups ! Une jolie balade dans la bonne humeur tout de même que cet A/R sur un canal aux notes de plus en plus salées et qui nous maintiendra dans le peloton. On croisera les premières équipes; avec en tête et en mixte les flying avent’hure.

Les sections s’enchaînent ; le nombre important de balises impose des tracés communs pour les parties VTT, avec des hésitations communes dans le peloton, et la difficulté de faire coller au mieux le terrain à la carte IGN.

On progresse bien. Benoît à la carte, François au doigt, et moi à mon rythme. Maîtrise et gestion pour tous.

De jolies vues : le décor invite au farniente hors saison sur les pages quasi désertiques. On reviendra !!

La différence se fera sur les CO à pieds, plus pointues, sur un terrain plus cassant, ou en fin de raid.  Une belle avant dernière section VTT’O, propre et péchue qui nous permet de rattraper les premières équipes, du moins pour le temps de course ; difficile de savoir ce qu’elles ont dans leur musette ! J’ai encore la pêche à VTT sur ces terrains plutôt roulants alors autant en profiter ! Le vent de face par endroit nous rappelle qu’on est bien sur une île !

C’est donc bien motivés et soudés pour ne pas en démordre qu’on attaquera la dernière CO urbaine.

Bref un petit raid insulaire et un chouette partage à trois ! 

Merci à l’orga bien rodée et mes deux coéquipiers du jour; joyeux et efficaces (Ben pour sa maîtrise des cartes et le lancer final du doigt au sprint! François pour la gestion du doigt qui aura visité tous les boîtiers), je signe de nouveau quand vous voulez !

Contrat rempli et cerise sur le gâteau, on s’offre une première place en mixte et une belle seconde place au scratch, avec 58 km et 5h07 au compteur.

Sophie

Raid de la grande dune 2019

Samedi 15 juin Sophie et Simon se sont élancés en équipe mixte sur le raid de la Grande Dune format long, pour environ 55 km.

Ils démarrent sur la plage du Petit Nice et sous les nuages par un trail de 4km qui se termine par un sentier forestier.

Les 160 équipes engagées s’étirent doucement sur le parcours ce qui facilite la transition avec le canoë où la première épreuve consiste à porter, tirer, pousser son bateau jusqu’à l’eau.. et oui c’est marée basse!

Longue section de rame (9 km environ), durant laquelle le soleil se dévoile et le beau temps s’installe, entrecoupée d’une incursion sur les hauteurs de la dune pour aller chercher les deux premières balises. Ils prennent leur mal en patience en attendant de sortir du bateau pour se dégourdir les jambes, tout en faisant une navigation efficace.

Premier ravito et gel du temps pour une traversée de route dangereuse; bien vu l’orga pour la sécurité des coureurs. Début de la troisième épreuve et vrai démarrage de la course pour tous les deux avec un trail orientation qui leur permet de rattraper de nombreux concurrents en faisant quelques azimuts. Ils ont même réussi à semer Jacq’O venu là pour le reportage photo! Section vite accomplie avec cinq balises sans grandes difficultés.

Arrivée au parc vélo, deuxième ravito, et c’est déjà la dernière épreuve, mais la plus longue pour 30km de VTT’O avec une dizaine de balises à trouver. Quelques passages sur les sentiers du Spring Raid ravivent des souvenirs de CO nocturne! L’orientation se fait facilement et ils rattrapent même des équipes de rouleurs. Comme quoi une bonne orientation ça fait vite la différence! Une alternance de sentiers plus ou moins sableux et de chemins carrossables leur font parcourir la forêt dans le secteur de la Nécropole du Natus. Ils retrouvent Jacq’O sur la fin de la section et l’arrivée du raid se fait là aussi avant la traversée de la route de Biscarosse, ce qui est appréciable pour la sécurité, mais un peu dommage de ne pas terminer sous l’arche.

Le raid s’est bien passé sans difficultés techniques ou physiques, et l’équipe termine deuxième du classement mixte.

Raid Bois Charmant 2019

Raid Bois Charmant 2019

Avec Simon on fait le choix de commencer la saison par un raid technique avec une distance moyenne. Nous prenons donc la direction du village d’Archingeay à 1h30 de Bordeaux. Bon on arrive sur le lieu au moment du briefing… et 20′ avant le départ (les infos sont mal passées pour le raid expert).

On commence par une CO urbaine report qui se passe bien. Puis on a un report de poste à faire sur une carte VTT’O. On nous indique la 100, 101, 102 et on reporte la 103, 104, 105. Tout se passe bien mais on traine quand même et on se retrouve dans les 10 premiers à l’arrivée. On enchaîne par une CO. On fait un coup et on remonte en 3ème position. On poursuit avec un flêché allemand pas évident. Puis un tir de sarbacane (courte). On fait 2/3 mais on n’obtient pas la balise supplémentaire. On poursuit avec une VTT’0 sprint. Mais on rebascule vers la 10ème place suite à quelques difficultés. On enchaîne par un VTT road book.

On réalise ensuite un petit parcours dans une école suivi d’une CO urbaine. Simon est bien vigilant sur les photos à sélectionner. On fait une bonne section. On enchaine par un VTT couloir et à la pédale on remonte à la 4ème place. Le parcours est intéressant et les singles sont nombreux. On se régale.

On revient au départ et on fait un bike and run. On manque un peu de vigilance pour faire une perf mais on finit la section en 4ème position. On finit par une CO forêt semi-nocturne. Tout se passe bien, on remonte sur les 3ème et on finit le raid en 3ème position.

On pense être 2ème du classement car le premier critère de classement est le nombre de balises. Cependant, le GEC man nous dit qu’il nous manque une balise. La 106 de la 1ère épreuve VTT. Et oui une balise était indiqué tout au nord de la carte. Aie… Il n’y a plus qu’à attendre. On apprend dans le même temps que l’organisation a décidé de décaler la barrière horaire de run and bike de 30′. Nous étions passés juste avant… du coup certaines équipes ont pu faire cette section.
Résultats : nous sommes 4ème du raid au pied du podium, 1ère équipe à 77 balises.

Bilan : ce fut un raid bien organisé sous un super soleil. Les chemins bien choisis et les fonds de carte de qualité. Nous avons pu affiner nos stratégies et nous entrainer sur des épreuves variées. Nous aurions dû être sur le podium mais nous avons fait trop d’erreurs et nous avons manqué de vigilance. Nous reviendrons sur le raid bien “charmant”. Nous ne sommes pas déçus par le résultat et ça augure de bonnes choses pour la suite. Pour Simon, c’est déjà le week-end suivant !

Authentic Barjots Trail 2019

Authentic Barjots Trail 2019

Nous étions 4 PN au trail nocturne des Barjots des Coteaux, ce samedi soir : deux Buzz éclair arrivés sur place, en vélo depuis Génissac (Cédric et Nicolas) et un couple de vieillissants (Daniel et Simone, cf le dossard cédé par Simon !) . Magnifique parcours de singles sur des feuilles sèches et à flanc de coteaux bien balisés. Pour son retour parmi les PN, Daniel double tous les V2 et hésite à repartir à vélo mais finalement l’ambiance nous a retenue pour une bonne soupe. Ellen a également hésité à repartir le lendemain pour le challenge mais pas le choix, car Simon prenait des nouvelles de son dossard régulièrement (merci!) . On a apprécié l’ambiance de village de ce trail.

XCross de Salleboeuf 2018

Six Princes noirs au départ du fameux XCross et 3 sur la boite !

En réponse à la remarque de Benoit à l’AG, qui souligne les moindres podiums féminins cette année…Sophie et moi se sont classées respectivement 1ere et 3 eme ; Marie Claire n’était pas loin derrière nous ! Clément est classé 1er Jeune Vétéran, en talonnant le jeune Simon ! Jean Baptiste s’est aligné sur le format plus court. Bien que nous connaissions ces chemins de l’Entre deux Mers, la boue a rendu la course très technique, sans compter les surprises (sans aménagement) de Pascal Mouchague : talus, escaliers, dévers, toboggans !) Mes chaussures trempent encore mais j’ai déjà récupéré pour viser un prochain podium !La Prez bien entourée samedi dernier !