Raid de la Palmyre

Nous n’étions pas toutes des Princesses, ni toutes de l’EPS, alors on a  inscrit l’équipe sous le nom de « Princ’EPS ». Après une sortie d’autoroute manquée, Nadia (Gauduchaud) , Sophie, Gaelle et moi avons réussi à être côte à côte sur la ligne de départ de la plage de La Palmyre. C’est Nadia qui a coa efficacementché la horde dans les pare-feux et les ronces. La deuxième épreuve nous séparait en 2 binômes 1 canoë /1 CO semi urbaine. Au milieu de fichus lotissements qui se resemblenttous, la CO en couloir a été une épreuve un peu longue pour le binôme Sophie/Ellen…Si cela pouvait inspiré certains dans le choix de leur entrainement proposé le dimanche, on aimerait bien apprendre à mieux jardiner ! Pour faire mentir ceux qui disent que les Princesses ont fait moins de podium cette année… nous sommes montées sur la 3eme marche ; ravies par ce Raid familial .

Les podiums de la NPN 2018

L’édition NPN 2018 fut la plus relevée de toutes les éditions.
Cette course a rassemblé ce samedi, tous les anciens vainqueurs des NPN précédentes ainsi que les 2ème de l’an passé.

La course est partie à une allure folle et tous les records sont tombés !

Record équipe hommes (Run Store) : Gerthofer Jonathan et Dufourcq Nikola en 1h11’16”

 

Record équipe mixte (Les Pottowks) : Brossier Wilfrid et Site Laura en 1h22’00”

Record équipe femmes (Les trottinettes de Tresses Running) : Royer Delphine et Lenon Emilie en 1h36’44”

 

Trail du Petit Prince Noir 2018

Trail du Petit Prince Noir 2018

Cette année et pour la première fois, nous avons organisé le Trail du Petit Prince Noir.
Ce fut l’occasion pour les enfants de 5 à 10 ans de l’école de Camarsac Croignon et d’ailleurs, de courir sur les terres du château du Prince Noir.

Bravo aux enfants et merci aux professeurs des écoles et aux parents d’élèves de l’école de Camarsac Croignon pour avoir participé à ce joli projet.

Course des 5 / 6 ans

Arrivée des 5 / 6 ans

Course des 7 / 8 ans
Arrivée des 7 / 8 ans

Course des 9 /10 ansArrivée des 9 / 10 ans

 

Grand Raid des Pyrénées – 80km

Grand Raid des Pyrénées – 80km

Une première sur une si longue distance et avec autant de dénivelé ( le tour des lacs: 84 km, 5400 D+) , c’était le défi lancé avec Mathieu et Antoine non spécialistes de l’activité, mais sportifs curieux et qui sait, peut être futurs Princes..

Après un été très loin des Pyrénées pour moi, nous arrivons à Saint Lary juste pour le briefing qui nous annonce quelques changements sur le tracé du fait notamment de chute de pierres par delà les pares avalanches avant l’ascension du pic du midi.
La météo semble assez clémente pour la journée, mais il ne faudra pas trop traîner pour rentrer car la pluie devrait faire son apparition en altitude en même temps que la tombée de la nuit.

En suivant les conseils de Seb Martin, nous le retrouvons à 4H30 du matin sur la ligne de départ et nous accueillons le 2nd du 120 km ( petite pensée pour Ced.. l’autre;-)). Aujourd’hui Seb n’a pas de dossard, il a plutôt la casquette du coach, reporter pour qui les frontière des cols ne posent pas de soucis pour se rendre de ravitos en ravitos.

Nous partons dans la première vague , nous prenons un rythme qui nous convient. Nous avions convenus de prendre un peu de temps au ravitos. C’est ce que nous faisons à Merlan un peu, puis un peu plus à La Mongie. Mathieu semble accuser le coup avant de commencer l’ascension du Pic du Midi.

Arrivés au col de Sencourt, Mathieu nous dit que les sensations (nouvelles pour lui ) sont dures, et de finir notre course sans lui.

Nous re-croisons nos chemins pour son ascension finale alors que nous entamions notre descente. L’efferralgan semble lui avoir fait du bien, nous le savons courageux et espérons qu’a Tournaboup, le bisou des filles lui donnera plus de force pour finir.

Un peu plus loin dans la descente nous croisons Steph et Ellen avant leur photo touristique! Super content de les avoir croisé car sur la ligne avec 1100 partants impossible de se voir.

La descente de 10 km pour rejoindre Tournaboup se passe plutôt bien, le rythme est bon, les sensations sont toujours bonnes, et nous sommes dans les temps que nous imaginions avec Antoine. Nous rejoignons les filles et nous prenons de nouveau un bon temps de pose à leur côté.

C’est reparti pour une longue distance pour rejoindre un fond de vallée l’avant dernier ravitos. Antoine accuse le coup en montée, je prends les relais, alors que pour moi les genoux commencent à siffler en descente, c’est lui qui me guide. D’habitude c’est l’inverse, mais aujourd’hui c’est comme ça!.

Nous Arrivons à Merlan en même temps que le brouillard et le petit crachin montagnard du soir. Il fait 5 degrés dehors, nous savons qu’il nous reste plus que 13 km et 900 D-, mais en descente, je sais que je vais devoir serrer les dents, mais ça sent la fin.

La descente abrupte jusqu’à Soulan et les lacets jusqu’à Vignec nous font retrouver Seb et Simon qui nous emmènent jusqu’à la flamme rouge.

Arrivé en 16H31min et 234 ème je suis très content du résultat.

Merci à l’organisation du GRP, à Antoine, Mathieu et à Seb, Merci aussi aux filles qui nous ont supportés avant, pendant et après l’effort et à tous ceux qui nous ont encouragés.

Raid PPA 2018

Association inédite chez « Les Princes » cette année puisque Simon nouvel adhérent nous a rejoint. On aligne donc Simon, Niko et Cédric sous le nom : « les Princes Noirs – Va pas si vite Simon », l’orga ne retiendra que la 2ème partie du nom, ce qui a un peu brouillé les cartes chez nos adversaires.

Arrivée sur place le vendredi vers 21H, check in auprès de l’orga qui nous donne un horaire pour le prologue. On installe le camp au-dessus d’une chute d’eau du gave…la bonne idée… ; 22H on se pointe pour le prologue : « les gars ya 40 min. de retard »…préparation des sacs et répartition du matos obligatoire. 22H40 c’est le prologue : Simon et Niko doivent me guider (alors qu’ils ne voient plus rien) après avoir mémorisé l’emplacement de 3 moutons sur une maquette d’estive en 3D. Aucune communication de ma part …c’est moi la clébard…on est pas très rapide, il nous manque un mouton, 23 ème du prologue, on partira donc le lendemain matin avec 6′ de retard.

Jour 1 : Départ 9H15

page1image1787040page1image1785920

TRAIL O’, 7 km 300 D+ (8,4 km 400 D+)
De la route dans le fond de la vallée, une grosse bugne à s’avaler, mes 2 lapins sont bien devant moi , je démarre doucement, ne peux pas faire plus si je ne veux pas exploser…et nous retrouvons le parc VTT.

page2image1785248          page2image1786144          page2image1785920

VTT O’, 26 km 600 D+ (27 km 1350 D+)

L’orga l’avait annoncé …c’est le gros morceau de la journée, on y avait réflechi dès la veille et une stratégie se met en place (on aime bien ça dans l’équipe) vu que le VTT, c’est notre gros point fort avec Niko, je ne parle pas de Simon à qui tout convient, et que l’orga annonce une sortie de la CO qui suit avant 15H30, on décide de lâcher l’optionnelle à VTT (40′ de pénalité).

C’est dur, très dur, ça monte, c’est technique en montée, ça descend jamais, ça porte et ça pousse souvent. Mais ça passe…On rejoint à un col des équipes qui ont déjà pris l’optionnelle (c’est confirmé …on va moins vite que les premiers…) et là gros portage…pan dans les dents et dans tout le reste…on alterne à côté du vélo et vélo sur le dos, dernière rampe en sous bois du côté de la station d’Issarbe et s’en est fini de la grosse section vtt…stratégie payante : pas beaucoup d’équipe dans le parc à vélo…

page3image1791072

page3image1792416          page3image1790400

CO, 9 km (11,5 km 540 D+)

Départ CO : « on a corrigé la porte horaire, vous avez jusqu’à 16H »…. »hein, quoi, c’est une plaisanterie… (pour citer Niko) », bah donc là notre stratégie est en
vrac …et le moral en prend un coup. Pas très correct de la part de l’orga de bouger les règles du jeu pendant le jeu…sans que ce soit pour des pb de sécurité, le vtt était dur, en effet, et peu d’équipe ne rentraient. Notre stratégie était la bonne et on s’est fait niquer… « putain de bordel à queue »…ça c’est moi …

Revenons à la CO, carte IGN donc on filtre les infos pour s’appuyer principalement sur le relief et le réseau principal. On s’en sort bien sauf le front et le nez de Niko qui suinte la lymphe et les hématies (branche assassine en sortant de la 9). ça monte, ça descend.
Gel du temps pour le biathlon, il est 15H26, on est dans notre plan, mais on l’a quand même le « Cul lulu ». Biathlon en relais avec tir paintball…7/9 pour l’équipe. Retour vers les VTT en prenant les quelques balises qui restaient, je suis surpris il me reste des jambes…